Quartararo sur une autre planète à Portimão

Le Français a survolé le GP et reprend la tête du championnat.

Philippe Jacquemotte
Quartararo sur une autre planète à Portimão
©AFP

Quartararo jouait gros à Portimão pour ce 5e Grand Prix de la saison. Soit il parvenait à faire une course solide et il restait dans la course au titre, soit il était largué et c’en était terminé. Le champion du monde a parfaitement négocié cette course. Parti cinquième, il était en tête après quatre tours. Plus personne n’allait le revoir. À deux tours de l’arrivée, El Diablo comptait près de six secondes d’avance sur Johann Zarco, 2e, et Aleix Espargaro, 3e.

Ce résultat, Fabio en avait besoin. Cela faisait dix courses qu'il n'avait plus remporté la victoire. Depuis, il n'a pu que constater la supériorité des Ducati avec Bagnaia l'an dernier, puis Bastianini, Martin et Zarco cette saison. Une période compliquée, mais Quartararo prouve une fois encore qu'il a un mental de fer malgré ses larmes sur le podium. "J'ai toujours dit que je me battrais de la même façon, que ce soit pour une victoire, une cinquième ou une dixième place. Je l'ai fait à Austin, je l'ai fait en Argentine, je n'ai jamais laissé tomber. Aujourd'hui, cela a payé et c'était pour la première place."

Fin d’une grosse période de doute pour le pilote Yamaha, qui a parfaitement exploité la piste de Portimão. Quatararo retrouve la tête du classement provisoire ex-aequo avec Alex Rins, remonté de la 23e à la 4e position. Son équipier Joan Mir jouait le podium, en bagarre avec Jack Miller, quand Miller a attaqué, est tombé, et a emporté le pilote Suzuki dans sa chute.

Une action qui ne va pas faire les affaires de l’Australien avec la direction de Ducati et qui a fait perdre des gros points à Mir.

Reste qu’avec Quartaro, Rins, Aleix Espargaro, Bastianini, Zarco et Mir en tête du classement, le championnat commence à prendre forme. Jerez et Le Mans seront d’autres Grands Prix à ne pas rater pour Yamaha et Suzuki.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be