Et si Alex Marquez gagnait dimanche ? Il y a quelques semaines cette question aurait fait rire le paddock. Aujourd’hui c’est ce même paddock qui se la pose.

En deux Grands Prix le frère de Marc a fait taire ses détracteurs d’autant que ses deux deuxièmes places ont été conquises dans des conditions très différentes. Au Mans, podium sous la pluie. Bon, OK, les circonstances étaient particulières, un peu de chance sans doute. À Aragon, podium sur le sec. Ah ! OK, cette fois c’est du sérieux parce qu’il n’y a pas eu de fait de course qui ont favorisé l’Espagnol qui a effacé des gars comme Petrucci, Dovozioso, Crutchlow, Nakagami, Viñales, Morbidelli, Mir et Miller. Tout sauf des "rigolos.

Plus interpellant encore, tant au Bugatti qu’au Motorland Aragon, qui accueille une deuxième course ce week-end, le "Petit Marquez" a montré qu’il avait désormais apprivoisé la Honda que l’ont dit rétive et que ni Crutchlow, ni Nakagami, ni Bradl, ni même Lorenzo l’an passé, ne parviennent à exploiter.

"Je me suis senti libre", déclarait l’Espagnol dimanche dernier. "Je me sentais super bien avec la moto."

Et de fait, comme son sextuple champion du monde de frère, on a vu Alex capable d’extraire tout le potentiel de sa machine, agressif, en glisse, capable d’accélérer tôt, l’osmose totale. Ces deux deuxièmes places ont aussi confirmé des signes avant-coureurs passés un peu inaperçus : le meilleur temps du warm-up à Misano et le quatrième dimanche passé.

"On doit encore progresser en qualifications", avouait le n°73 dimanche.

Et c’est bien parti puisqu’aux premiers essais libres de ce Grand Prix de Teruel, sur le circuit du MotorLand Aragon à Alcaniz, Alex a réalisé le meilleur temps devant Nakagami, Mir, Bradl, Morbidelli, Viñales et Miller. Dovizioso n’a pu faire mieux que 16e et Quartararo 17e. Le rookie de Honda préférait toutefois évacuer toute pression estimant que d’ici les qualifications, ce samedi après-midi, Quartararo et Dovizioso allaient améliorer leurs performances.

"Mon objectif ce week-end n’est pas de gagner", déclarait le Catalan, "c’est de refaire le travail réalisé la semaine passée puisque finalement ce podium a été la conséquence du travail abattu. Mais ce week-end est intéressant, il faudra voir dans quelle mesure on peut progresser sur cette deuxième épreuve en Aragon."

Des progrès palpables, "El hermano" est en train de se faire un prénom.