Lombok, petite île à l’est de Bali, est un véritable paradis sur terre, et le circuit de Mandalika qui y est tracé, le paradis de Yamaha. Un tracé court, sinueux, avec une toute petite ligne droite d’à peine 507 mètres, le terrain de jeu idéal pour une machine plus lente que la concurrence mais toujours très agile et qui figure en haut de la feuille des temps depuis le début du week-end, tant avec Quartararo qu’avec Morbidelli. “Notre moto est vraiment facile à piloter ici”, déclarait l’Italien à l’issue des trois premières séances d’essais. “Elle est pilote-friendly, tous les mouvements sont doux et moelleux. Le nouveau pneu, plus adapté à la chaleur, apporté par Michelin, réduit un peu le grip arrière, mais cela nous handicape moins que les autres.”

Un constat confirmé en qualifications où le champion du monde a tourné autour de ses concurrents avec un écart de 3 dixièmes de secondes, un gouffre quand on constate que les dix-huit premiers sont dans la même seconde. Un gouffre aussi par rapport aux piètres résultats ramenés du Qatar il y a deux semaines. “Je suis très heureux de retrouver la pole position”, confiait “El Diablo” dans le parc fermé. “On a un bon rythme, l’équipe n’a pas baissé les bras, c’est de bon augure pour la course.”

Fabio Quartararo peut effectivement y croire puisqu’il s’élancera devant Jorge Martin et Johann Zarco. Les deux pilotes du team privé Pramac qui aligne des Ducati officielles équipées du moteur 2022, sont loin devant les machines de l’équipe officielles de Bagnaia et Miller, 6e et 9e. Les machines de Borgo Panigale devancées aussi par la vieille moto d’Enea Bastianini, 5e, vainqueur à Losail. Zarco tout content de partir devant, notamment à cause de la chaleur annoncée pour le Grand Prix, autour des 45°. “On a une bonne chance pour la course, parce qu’il sera important d’être devant pour avoir de l’air frais”, soulignait le Cannois.

Mandalika fait plutôt figure d’enfer pour les Honda de Marc Marquez et Pol Espargaro. Les deux pilotes du team HRC ont, tour à tour, été victimes des conditions de pistes et d’un drapeau jaune à la fin des EL2 qui les a plongés en Q1 d’où ils n’ont pas pu s’extraire. Marc Marquez a tenté le tout pour le tout mais il a chuté avec sa première moto, puis avec la deuxième dans son ultime tentative. Les deux Espagnols partiront des 14e et 16e positions. Le Grand Prix s’annonce particulièrement ouvert.