Moto GP Dernier GP de la saison pour Nakagami chez Honda. Dès la semaine prochaine, en Australie, le Français remplacera le Japonais.

Il n’est pas encore revenu mais on ne parle que de lui dans le paddock de Motegi, Johann Zarco, qui effectuera son retour en MotoGP au Grand Prix d’Australie. Le Français remplacera Takaaki Nakagami chez LCR Honda, l’équipier de Cal Crutchlow.

Le Japonais souffre de l’épaule droite depuis plusieurs mois, il a choisi de se faire opérer dès la semaine prochaine pour être en mesure de disputer les essais d’avant-saison et entamer 2020 en pleine forme. Du coup, Lucio Cecchinello, le team manager du team satellite Honda, était sans deuxième pilote pour les courses qui se disputeront en Australie, Malaisie et à Valence.

"Il me fallait un pilote qui soit rapide, capable d’enfourcher la moto immédiatement et libre de contrat", explique le manager italien.

Un profil qui ne court pas les rues. Dans sa recherche, Checchinello est rapidement tombé sur le nom de Johann Zarco qui avait décidé cet été de rompre son contrat avec KTM.

"J’ai proposé le Français à Honda, poursuit le boss du team LCR. Ils étaient un peu surpris, mais Bradl, le pilote d’essai, étant trop pris par le travail sur la prochaine moto, ils ont accepté."

Pour l’ancien pilote Tech3 et KTM c’était une opportunité inattendue, lui qui est sans guidon pour la saison prochaine.

"Je suis vraiment reconnaissant d’avoir cette chance et je vais faire de mon mieux pour obtenir de bons résultats et prendre du plaisir, parce que ce pourrait être les trois dernières courses que je ferai avant longtemps", confesse Zarco.

Une envie de bien faire qui pourrait effectivement déboucher sur de très bons résultats puisque le Cannois pilotera la machine de Nakagami, une version 2018 de la Honda, plus facile à maîtriser que l’actuelle. De quoi menacer Lorenzo ? "Pas que je sache, déclare Checchinello. Nous avons un accord avec Cal et Takaaki pour 2020 et Honda respecte les contrats."

Jorge Lorenzo, de son côté, ne se sent pas menacé par le retour de l’ex-pilote KTM. Zarco qui en acceptant cet intérim chez Honda a aussi appris que Yamaha ne comptait plus sur lui au poste de pilote de développement qu’il négociait. Décision malheureuse selon Valentino Rossi qui voyait, avec le Français, une formidable opportunité de faire progresser la M1 en vue de la saison prochaine.

Philippe Jacquemotte