Jorge Martin (Ducati-Pramac) et Alex Rins (Suzuki) complètent un podium 100% espagnol alors que le champion du monde en titre français Fabio Quartararo (Yamaha) s'est classé 8e du premier GP d'Argentine depuis 2019 - les deux précédentes éditions ayant été annulées en raison de la pandémie.

Un autre Espagnol, Joan Mir (Suzuki), suit à la 4e place, devant l'Italien Francesco Bagnaia (Ducati), vice-champion en titre, qui signe son meilleur score de l'année au 5e rang.

Avec neuf différents pilotes sur le podium des trois premières courses, cette saison s'annonce particulièrement serrée. Espargaro a désormais 7 points d'avance sur le Sud-Africain Brad Binder (KTM) et 9 sur l'ancien leader surprise Enea Bastianini (Ducati-Gresini), vainqueur du GP inaugural au Qatar.

Au général, Rins et Quartararo sont 4e et 5e mondiaux, respectivement à 9 et 10 points du leader.

Espargaro, qui avait signé samedi la toute première pole position de son équipe Aprilia en MotoGP, a longtemps attendu ce premier succès dans l'élite.

En 283 départs toutes catégories mondiales confondues, il n'avait jamais gagné... D'où les larmes visibles derrière la visière, une fois la ligne franchie. Et celles de son frère Pol, pilote Honda, qui a chuté et a regardé la victoire du grand frère depuis son garage.

C'est aussi la première victoire pour Aprilia en catégorie reine. La marque italienne avait fait son retour en MotoGP en 2015, après une première période en catégorie reine de 1994 à 2000 (500cc) puis de 2002 à 2004 (MotoGP).

Le sextuple champion MotoGP Marc Marquez, vainqueur de la dernière édition argentine en 2019, avait déclaré forfait à cause de ses problèmes de vision double, réveillés par une chute très violente lors du "warm-up" (échauffement) en Indonésie le 20 mars.