Moto GP Le Grand Prix de France s’annonce crucial pour plusieurs pilotes, notamment pour Johann Zarco, critiqué par son team.

Il y a un an, Johann Zarco était fêté en héros pour son Grand Prix national : le Français arrivait avec d’excellents résultats sur la Yamaha Tech3 et signait, au Mans, la première pole position de sa carrière. Aujourd’hui, rien de tout cela. Avec la KTM d’usine, Zarco n’est que 18e au championnat, et son patron commence à l’avoir mauvaise.

"Les performances de Johann sont inacceptables" , a déclaré Stefan Pierer, le CEO de KTM. "Zarco est la déception, il n’est pas au niveau. En revanche je suis très content d’Oliveira."

Miguel Oliveira, le débutant, qui compte sept points comme Zarco, alors que son équipier Pol Espargaro en a vingt et un. La pression sur le Cannois est au maximum et il a intérêt à rapidement marquer des points. Le message semble avoir été entendu, le pilote vient d’engager Jean-Michel Bayle pour le coacher, misant sur l’expérience de l’ancien champion du monde de motocross et vainqueur du Bol d’or.

Autre Français en lice , Fabio Quartararo. C’est lui le héros ce week-end suite à la pole position réalisée à Jerez lors de son quatrième Grand Prix. Pression positive ici : après plusieurs bonnes performances en essais, on attend du pilote Yamaha qu’il concrétise à l’issue de l’épreuve. Rossi et Viñales aussi commencent à sentir la pression. Jusqu’ici Honda, Ducati et Suzuki ont gagné, Yamaha non. Les deux pilotes officiels avouent qu’il est temps de réaliser un solide résultat, c’est-à-dire une victoire.

Enfin, pression aussi pour Andrea Dovizioso. L’Italien n’a que trois points de retard sur Marc Marquez. Mais, avec deux 4es places comme derniers résultats, Dovi avoue lui-même que c’est insuffisant et qu’il faut faire mieux sous peine de voir le champion du monde faire un premier break dans la course au titre. Les essais libres ont donc été attaqués le mors aux dents, avec le meilleur temps pour Maverick Viñales, devant Marquez. Le rookie Fabio Quartararo a confirmé ses bonnes intentions par le 3e temps devant un revenant, Jorge Lorenzo, 4e, qui lui aussi a peut-être senti le vent tourner. Cinquième à trois dixièmes, Dovi reste dans le coup. En revanche, raté pour Rossi, 13e, et Zarco, 17e, largement battu par son équipier Pol Espargaro, auteur du 7e chrono. Pression qui pourrait encore monter cet après-midi aux qualifications, annoncées sous la pluie.