Honda se présente en grand favori de la saison de MotoGP 2019 avec Marc Marquez et Jorge Lorenzo mais Yamaha et Ducati sont en embuscade pendant que Suzuki pourrait venir jouer les trouble-fêtes. Avec le départ de Xavier Siméon pour la moto électrique et quelques manches en endurance (EWC), il n'y a plus de Belges dans la catégorie reine.

Du GP du Qatar le 10 mars à celui de Valence le 17 novembre, les 22 pilotes de la grille vont livrer bataille lors de 19 courses sur leurs motos de 1000cc.

Auréolé d'un 5e titre l'an dernier et vainqueur des trois derniers championnats, Marquez, 26 ans, part encore favori mais avec deux handicaps. Le premier est son épaule gauche, opérée à l'intersaison et qui pourrait l'empêcher d'être au top dès la première course dimanche au Qatar, et le deuxième son nouvel équipier, son compatriote Jorge Lorenzo, 31 ans, arrivé de chez Ducati.

Les deux Espagnols ont remporté huit des dix derniers titres mondiaux dans la catégorie reine. Marquez cinq fois (2013, 2014, 2016, 2017 et 2018) et Lorenzo trois fois (2010, 2012 et 2015). De leurs adversaires encore en selle, seul Valentino Rossi s'immisce parmi eux (2009).

Jorge Lorenzo s'est aussi blessé à l'intersaison, avec une fracture du poignet gauche qui l'a contraint à rater une partie des essais hivernaux.

Du côté de chez Yamaha, dont le dernier titre remonte à 2015 avec... Lorenzo, un 3e Espagnol, Maverick Vinales, 24 ans, vise beaucoup mieux que sa 4e place de l'an dernier avec une seule victoire en Australie, son talon d'Achille demeurant un mental réputé fragile.

Son coéquipier, le légendaire Valentino Rossi, est loin d'avoir déjà dit son dernier mot même s'il vient de fêter ses 40 ans. Le septuple champion du monde en catégorie reine reste une menace permanente pour ses adversaires. Sa dernière victoire remonte à 2017 aux Pays-Bas mais sa 3e place au championnat l'an dernier montre sa résilience.

Chez Ducati, le but d'Andrea Dovizioso sera d'enfin monter sur la plus haute marche du podium final après avoir terminé 2e l'an dernier et en 2017. L'Italien de 32 ans entame sa septième saison chez Ducati et a désormais pour l'épauler son compatriote Danilo Petrucci, 28 ans, promu du team client Pramac Racing.

En lever de rideau, les Moto2 et Moto3 vont animer les courses. Le changement le plus profond touchant la première, le moteur imposé à tous les concurrents passant de quatre à trois cylindres.

C'est le britannique Triumph qui a reçu pour mission d'équiper le plateau, remplaçant Honda qui en avait la mainmise depuis 2010. Du même coup, la cylindrée passe de 600cc à 765cc. Valable pour trois ans, cet accord va permettre au constructeur de Hinckley de présenter une version course du moteur équipant nombre de ses modèles de production.

Côté pilotes, le champion en titre italien Francesco Bagnaia étant passé en MotoGP tout comme son dauphin, le Portugais Miguel Oliveira, c'est le troisième homme sur le podium de l'an dernier qui va tenter de s'imposer, le Sud-africain Brad Binder, au guidon de sa KTM.

Il aura fort à faire avec des candidats comme Alex Marquez, le jeune frère du quintuple champion de MotoGP Marc Marquez, les Italiens Lorenzo Baldassari et Luca Marini, demi-frère de la légende Valentino Rossi, ou encore le Suisse Tom Luthi.

Pour les Moto3 (250cc, monocylindre), les quatre premiers du championnat 2018 étant passés en Moto2, ce sont leurs suivants immédiats comme l'Italien Lorenzo Dalla Porta, l'Espagnol Aron Canet et l'Argentin Gabriel Rodrigo qui tenteront de leur succéder.

A suivre tout particulièrement, le jeune Turc Can Öncü, 15 ans, qui pour sa première course en Moto3 l'an dernier a remporté le dernier GP de la saison à Valence sous la pluie mais avec une maestria impressionnante.

Aucun pilote belge ne figure dans ces catégories. Livio Loi aurait bien voulu un guidon en Moto3, mais aucune écurie n'a pour l'instant montré de l'intérêt. Barry Baltus est lui engagé en Moto3 juniors (CEV) où il se montre ambitieux sur une KTM du team Angel Nieto.


Les engagés

  • Honda : Marc Marquez (Esp) et Jorge Lorenzo (Esp)
  • Ducati : Andrea Dovizioso (Ita) et Danilo Petrucci (Ita)
  • Yamaha : Valentino Rossi (Ita) et Maverick Vinales (Esp)
  • Suzuki : Alex Rins (Esp) et Joan Mir (Esp)
  • KTM : Johann Zarco (KTM) et Pol Espargaro (Esp)
  • Aprilia : Andrea Iannone (Ita) et Aleix Espargaro (Esp)
  • LCR Honda : Takaaki Nakagami (Jap) et Cal Crutchlow (G-B)
  • Ducati Pramac : Jack Miller (Aus) et Francesco Bagnaia (Ita)
  • Ducati Avintia : Karel Abraham (Tch) et Tito Rabat (Esp)
  • Yamaha SRT : Fabio Quartararo (Fra) et Franco Morbidelli (Ita)
  • KTM Tech3 : Miguel Oliveira (Por) et Hafizh Syahrin (Mal)

Le calendrier

  • 10 mars : Grand Prix du Qatar (circuit international de Losail)
  • 31 mars : Grand Prix d'Argentine (Thermes de Rio Hondo)
  • 14 avril : Grand Prix des Amériques (circuit des Amériques, Austin)
  • 05 mai : Grand Prix d'Espagne (circuit de Jerez - Angel Nieto)
  • 19 mai : Grand de Prix de France (circuit Bugatti, Le Mans)
  • 02 juin : Grand Prix d'Italie (circuit du Mugello) 
  • 16 juin : Grand Prix de Catalogne (circuit de Barcelone-Catalogne, Montmelo)
  • 30 juin : Grand Prix des Pays-Bas (circuit d'Assen)
  • 07 juillet : Grand Prix d'Allemagne (Sachsenring, Hohenstein-Ernstthal)
  • 04 août : Grand Prix de République tchèque (circuit de Brno)
  • 11 août : Grand Prix d'Autriche (Red Bull Ring, Spielberg)
  • 25 août : Grand Prix de Grande-Bretagne (circuit de Silverstone)
  • 15 septembre : Grand Prix de Saint-Marin (circuit de Misano Marco Simoncelli)
  • 22 septembre : Grand Prix d'Aragon (MotorLand Aragon, Alcaniz)
  • 06 octobre : Grand Prix de Thaïlande (circuit international de Buriram)
  • 20 octobre : Grand Prix du Japon (Twin Ring Motegi)
  • 27 octobre : Grand Prix d'Australie (Phillip Island)
  • 03 novembre : Grand Prix de Malaisie (circuit international de Sepang)
  • 17 novembre : Grand Prix de Valence (circuit Ricardo Tormo)