Smets casse puis gagne, Everts gagne puis râle

KESTER La mine renfrognée de Stefan Everts à l'issue de la troisième manche du Championnat de Belgique valait tous les commentaires du monde. Pas content notre champion du monde, pas forcément sur le déroulement de sa journée, plutôt fâché sur lui-même. Everts (Yamaha) se connaît et sait que pour l'heure il n'affiche pas les meilleures performances. Pourtant, en début d'après- midi, il avait le sourire, car, en 26 minutes, il avait fait oublier son chrono médiocre du matin (à 9 secondes de Smets) en dominant le peloton des Inters. Qui plus est, Joël Smets (KTM), son grand rival dans cette course au titre national, avait été contraint à l'abandon après avoir grillé son embrayage dans une des nombreuses côtes du circuit de Kester.

Inutile de vous dire que ce tracé brabançon n'était qu'un long fleuve boueux dont il avait d'ailleurs fallu modifier quelques- uns des méandres à l'issue des essais.

Mais le sourire du Campinois se figeait aussi vite que la boue sur les lunettes. A peine la seconde manche était-elle entamée sous un timide rayon de soleil qu'un accrochage survenait au troisième virage, couchant dans la boue ceux qui, alors, se disputaient le leadership. Se faufilant comme une anguille, au contraire d'un Steve Ramon (KTM) bloqué par un échappement arraché, Patrick Caps, qu'auparavant on avait déjà vu assez fringant malgré une petite chute (7e), lançait sa KTM deux temps à la tête du peloton.

Le temps que les vedettes reprennent leurs esprits et notre Wallon s'en allait conquérir un succès partiel bienvenu («Cela fait du bien. Il y a longtemps que j'attendais une victoire», soufflait-il à l'arrivée). Il avait su résister au retour de Smets qui, pour sa part, avait fait entendre raison, tour à tour, à McFarlane (Kawasaki), à Bervoets (Yamaha) et à l'étonnant Marvin Van Daele (KTM). Ceci avait de quoi irriter un peu plus Everts qui avait entamé la course-poursuite juste derrière Joël mais sans pouvoir suivre le train du rouquin. Sa belle aisance de la première manche avait vraiment disparu au point qu'il ne pouvait terminer qu'en cinquième place.

Restait un débat pour se refaire, mais si Smets signait le holeshot juste devant Stefan, une fois encore Everts, pressé par Caps, se retrouvait au sol à l'issue de la première boucle. Dans la foulée, Caps maintenait la pression pendant plus de la moitié de la course sur un Smets qui fut, lui aussi à deux doigts de tomber dans une ornière. Bien renseigné, et voyant Smets s'enfuir petit à petit, le Wallon se concentrait alors sur sa deuxième place, gage d'un triomphe global. Car Everts, son dernier rival, ne retrouvait pas ses marques et devait même batailler jusqu'au drapeau à damiers pour arracher un accessit à un Steve Ramon ne faisant aucun cadeau.

Au classement général, Caps et Everts se retrouvaient ainsi à égalité de points, mais l'ultime prestation de Patrick, prépondérante en cas d'ex-quo, lui valait de remporter l'épreuve. Vous comprenez pourquoi Stefan avait la tête des mauvais jours en rentrant à son mobilhome!

Les résultats en S 28

© Les Sports 2003