Ce n'est pas le genre du bonhomme. Mais là, Sébastien Loeb a "pété un câble" sur les réseaux sociaux en traitant les commissaires sportifs d'incompétents. Une violence dans ses propos qu'il risque vite de regretter et pourrait lui valoir une sanction plus sévère...

A l'issue de l'étape du jour qui l'avait vu signé le 4e chrono et remonter au 4e rang du classement général, le pilote du Buggy Prodrive a été pénalisé de cinq minutes suite à un excès de vitesse. Une faute avérée certes, mais le nonuple champion a plaidé sa bonne foi et un défaut de son matériel GPS. En vain... "Vous commencez à me connaître un peu depuis toutes ces années," a-t-il écrit sur son compte Instagram. "Je ne pousse que très rarement des coups de gueule. Mais ce soir, j'ai besoin de partager avec vous l'incompétence du collège des commissaires d'une épreuve aussi mythique que le Dakar. Nous venons d'être pénalisés de cinq minutes pour un excès de vitesse dans une zone contrôlée. Durant toutes mes participations, j'ai toujours fait de mon mieux pour respecter cette règle. A la seule condition que le GPS, via une alarme, nous indique ces zones "invisibles". Mais aujourd'hui, l'alarme n'a pas fonctionné et je n'ai pas pu ralentir à temps. Malgré nos explications, mais surtout malgré les aveux du prestataire du système GPS d'un souci de son matériel dans notre voiture aujourd'hui, le jury des commissaires n'a rien voulu savoir et a décidé, lâchement assis derrière son bureau en ayant comme seul risque de renverser son café quand nous nous risquons notre vie chaque jour dans notre voiture, de nous infliger une pénalité très largement supérieure à ce que le "bug" du système GPS nous a fait gagner. Environ 2 à 3 secondes en étant généreux.

Je suis un passionné, mais je suis avant tout un compétiteur. Et aujourd'hui, si je suis sur une course comme le Dakar, c'est d'abord pour réaliser ce pourquoi on m'emploie: signer un résultat à la hauteur de mes ambitions et de celles de l'équipe. Et pour cela, il n'y a pas de place pour l'incompétence, ni les incompétents."

Une sanction lui faisant perdre trois places au classement mais surtout son sang froid. Certes, une infraction a bien été commise. L'excès de vitesse dans une zone à risque pour la population est avéré et l'on ne badine pas avec la sécurité. Mais, comme expliqué, il a visiblement eu des circonstances atténuantes. C'est un peu comme si vous vous faisiez flasher dans une zone 30 qui n'était pas signalée par un panneau. Mais le règlement, c'est le règlement pour les officiels de la FIA. Même pour un nonuple champion du monde n'hésitant pas sur le coup à se mettre la FIA à dos. Qu'en pense Jean Todt, le président de la FIA?