La Citroën de Meeke provisoirement intercalée entre les pilotes VW.

La journée initiale de jeudi trop courte avec seulement trois vraies spéciales, c’est par ordre du classement du championnat que les concurrents sont repartis hier matin pour la 2e étape du Rallye de Finlande, la plus longue et sans doute la plus difficile.

La pluie de la veille ayant laissé place à un beau ciel bleu avec un thermomètre dépassant les 25 degrés, la position d’ouvreur du champion Seb Ogier constituait à nouveau un désavantage pour le Français contraint de balayer la trajectoire. "Ma journée de nettoyage n’a pas été mauvaise. J’ai plutôt bien limité les dégâts. Je suis maintenant heureux de céder le balai", racontait le Gapençais. Auteur tout de même de trois meilleurs temps, il accusait un retard surmontable de 21 secondes sur l’autre VW Polo-R WRC du leader depuis la première épreuve, Jari-Matti Latvala. "J’ai roulé flat-out pour tenter de prendre un max d’avance sur Seb", expliquait pour sa part le Finlandais, s’adjugeant six scratches sur les dix du jour. "Car ce samedi, les rôles seront inversés. Ce sera à mon tour de faire la trace. Et Seb n’a pas renoncé à la victoire."

Tenant du titre au pays des 1000 Lacs, le chasseur Ogier aura le gibier Latvala en point de mire. "On va essayer d’aller le rechercher", avouait le n°1 mondial. Latvala, proie facile ? Pas sûr, même si l’on connaît les faiblesses du pilote à lunettes, survolté devant son public.

Le duel risque de s’intensifier au fil des chronos. Ogier compte assez de points d’avance (50) pour ne pas devoir assurer et pouvoir défier son rival sur son terrain. Tandis que "JML" tire ici ses dernières cartouches. Pour lui, cela passe ou cela casse. Ce sera l’or ou le marbre pour un Finnois pas habitué à faire dans la dentelle.

Un bras de fer éventuellement arbitré par Kris Meeke. Pour fêter l’anniversaire de son retour en WRC, l’Irlandais (2e à 19.7), profitant de sa sixième place sur la route, a réussi hier l’exploit d’intercaler sa Citroën entre les deux VW de tête.

Mais l’équilibriste à la DS3 WRC tiendra-t-il encore sur son fil durant deux jours ?

Déjà à plus d’une minute, Mikkelsen, Ostberg et Hirvonen, séparés par trois secondes, luttaient pour la 4e place, tandis que Paddon (7e), seul à être resté sur la route, était le meilleur des pilotes Hyundai.

Enfin, Robert Kubica, lui, est sorti de la route. Mais cela, ce n’est, hélas, plus vraiment une nouvelle…