Déjà des problèmes pour Thiry, Loix plus confiant

KARLSTADT Après le grand froid durant les reconnaissances avec des températures oscillant entre moins vingt-cinq et moins trente degrés, le thermomètre suédois flirtait à nouveau avec le zéro mercredi lors du shake down, le traditionnel warm-up des rallymen. `Les conditions pendant les recos étaient géniales´, s'enthousiasme notre compatriote Stéphane Prévot qui ne cache pas sa préférence pour cette deuxième manche du Championnat du Monde. `J'adore ce rallye. Lundi et mardi, on roulait constamment sur un tapis blanc, en s'appuyant sur les murs de neige. Le pied (gauche sans doute) intégral. Mais depuis mercredi matin, c'est le redoux. Le mercure est considérablement remonté et maintenant il pleut´, regrettait-il hier après une spéciale d'entraînement ne s'étant guère mieux déroulée qu'au Monte-Carlo pour son pilote Bruno Thiry. `Cette fois, on a tout de même réussi à faire trois passages. Lors du premier, on a connu des soucis avec la balance de freinage. On n'avait plus de freins que sur l'avant et notre Octavia était inconduisible. Une vraie cata ! Au deuxième essai, c'est le différentiel qui s'est mis à faire des siennes. On n'avait plus de pression. Enfin, nos mécanos tchèques ont visiblement trouvé un remède. J'espère qu'il sera fiable. Lors de la troisième boucle, Bruno, qui est revenu aux réglages de diff' adoptés lors du RAC 99, sentait mieux l'auto. Le problème est que la neige avait fondu et qu'on avait l'impression de déjà être au Portugal tant la terre était défoncée. Pourvu que les spéciales ne se dégradent pas autant.´
Et pendant ce temps, leur équipier Schwarz, héros du Monte, accumulait les kilomètres sans le moindre pépin

Moins de pression pour Loix

`Armin est en état de grâce, poursuit Prévot. Il a réalisé d'excellents chronos. Derrière les Peugeot qui évoluent sur une autre planète (NdlR: rappelons que la 206 a signé en Suède son premier succès en 2000 avec le champion du monde Grönholm et a de nouveau une belle revanche à prendre après la dégelée du Monte-Carlo). Seul Tommi Makinen sera à mon avis capable de suivre Marcus, Auriol et le nouveau venu Rovanpera. Les Ford ne semblent pas trop à la fête et derrière je verrais plutôt une surprise d'une Subaru. Celle de Martin par exemple.´
Et Bruno Thiry? `Je n'espère qu'une chose: que notre auto soit plus fiable qu'au Monte-Carlo. Une Toyota privée bien conduite vaut toujours mieux qu'une Skoda d'usine et je ne vais pas me tracasser en prenant les temps des autres. De toute manière ici on ne peut rien faire que s'amuser. Et tenter d'égaler les performances de notre équipier qui aura l'avantage de s'élancer en quatrième position le premier jour. Un atout quelles que soient les conditions.´
Cinquième sur la route ce matin (Gardemeister, 5e du championnat, n'étant pas engagé par une usine), Freddy Loix aborde donc une des épreuves où il lui sera le plus difficile de scorer dans une position quasi idéale. D'autant qu'il aura l'esprit plus léger en ne roulant que pour lui, Mitsubishi ayant pour la première fois décidé d'engager une troisième Lancer Evo6 et de nominer le local Thomas Radström pour le championnat constructeurs. `Cela m'enlève pas mal de pression´, confie Freddy, 8e à Karlstadt l'an dernier. `En vitesse pure, je ne peux pas espérer terminer dans les points. Je compte toutefois sur ma régularité pour essayer d'égaler ma performance de Monaco. Je me sens en tout cas plus en confiance qu'il y a trois semaines. Ici au moins la glisse est uniforme. On peut moins facilement se faire piéger. Le plus important pour moi sera de réduire encore l'écart de huit dixièmes au kilomètre me séparant en 2000 des ténors.´
Face aux spécialistes nordiques, c'est déjà un beau challenge.



A lire, aussi, dans la DH-Les Sports de ce jour
- Le réveil des Colsoul
- Panizzi remplace Rautianen