Le pilote Ford relaye un Grönholm (307) retardé

KARLSTAD L'hégémonie nordique sur le Rallye de Suède, 2e manche du Mondial, prendra-t-elle fin ce dimanche? A l'issue de la première étape d'hier voyant les trois meilleurs Finlandais regroupés entre le 5e et le 7e rangs, à une petite minute du leader, on était en droit de l'imaginer.

Tout avait pourtant bien commencé pour Marcus Grönholm, auteur du premier temps scratch et en tête durant les deux premières spéciales avant, comme au Monte-Carlo, d'être victime d'une faiblesse de sa jeune Peugeot 307 WRC. Dans la troisième spéciale de Granberget (52, km), la plus longue de l'épreuve, le lauréat de trois des quatre dernières éditions perdait d'un coup 58.8 suite à un bris de direction assistée, soit l'écart le séparant de la première place au terme de la première journée.

«Rien n'est perdu. Je vais continuer à attaquer. Il reste plus de la moitié de la distance et je peux encore gagner», assurait Marcus après avoir signé le 2e chrono lors du second passage devant le juge de Granberget à trois secondes de... Markko Martin. Un Estonien n'en demandant pas tant.

En embuscade au terme des deux premières spéciales, le pilote Ford frappait ensuite fort en réalisant deux scratches consécutifs. Histoire de montrer qui était le nouveau patron. Et de se ménager une avance appréciable de 23 secondes sur la Citroën du vainqueur monégasque Sébastien Loeb, premier sur la route, ce qui ne semblait pas constituer cette année un désavantage sur des spéciales mixtes mélangeant neige, glace et terre.

Troisième, le champion du monde Petter Solberg (Subaru) n'avait jamais aussi bien démarré en Suède. La preuve (confirmée par le 7e rang de son équipier Hirvonen) que Pirelli a fait d'énormes progrès dans ses gommes hivernales. Le Norvégien devançait le Matador Carlos Sainz, auteur d'un meilleur temps avant d'être retardé par la Mitsubishi à la dérive des frères Panizzi.

Et les Belges dans tout cela ? Parti plutôt prudemment, François Duval (8e) ne cessa de s'améliorer, ponctuant cette bonne première journée par un 5e chrono à Granberget, à trois dixièmes au kilomètre de son équipier Martin. Devant l'autre Focus officielle de Tuohino, lequel remplissait parfaitement son rôle en pointant au 5e rang provisoire.

Même s'il ne pointait qu'à 14 secondes de son compatriote, le nettement plus expérimenté Freddy Loix (10e), coincé entre les deux 206 WRC privées du héros local Carlsson et du grand frère Solberg n'affichait, hélas !, pas le même sourire. On attendait effectivement nettement mieux de lui.

© Les Sports 2004