Le championnat du monde des rallyes 2004 débute ce vendredi avec le traditionnel rallye de Monte-Carlo

BRUXELLES Cette année la Belgique aura pour la première fois de son histoire trois pilotes officiels. François Duval continue sa collaboration avec Ford sur la Focus RS WRC 03 alors que Freddy Loix retrouve le plus haut niveau au volant de la nouvelle Peugeot 307 WRC. Quant à Larry Cols, il se voit offrir une chance dans le championnat Super 1600 au volant d'une Renault Clio.

François Duval entame sa 3e saison chez Ford, la seconde complète en Mondial avec une WRC. Le Monte-Carlo, il connaît et en garde de bons souvenirs. Il s'y est imposé en 2002 dans la classe des Super 1600 et l'an dernier il y décrocha une 7e place. "L'an dernier, la montée et la descente du Col du Turini s'étaient déroulées sur du sec" se souvient Duval qui sera assisté de Stéphane Prévot.

"Mais au sommet, il y avait de la neige. Le Monte Carlo est synonyme de variété des conditions. Il faut souvent trouver le meilleur compromis dans le choix des pneus. Ce n'est pas évident, mais j'aime ce rallye, même si la moindre faute est souvent sanctionnée sans pardon. La glace c'est le pire. Si tu pars en slicks (pneus lisses) et que tu roules sur une plaque de glace, alors il faut compter sur la voiture pour rester sur la route. J'espère que les spectateurs feront preuve d'intelligence et ne jetteront pas de la neige sur la route. Il y a cette années quelques nouvelles spéciales, aussi l'avantage des pilotes plus expérimentés disparaît. Nous avons prouvé l'an passé que la Focus se comportait bien sur l'asphalte. Donc, une place parmi les cinq premiers est envisageable ce week-end."

Après plusieurs saisons en demi-teinte chez Mitsubishi et Hyundaï, "Fast" Freddy Loix entame une sixième campagne mondiale dans des conditions idéales au sein de l'écurie Peugeot aux moyens importants. "Je suis mieux préparé que jamais" confie Loix toujours épaulé par Sven Smeets. "Nous avons effectué une multitude de tests ces six dernières semaines pour nous préparer dans toutes les conditions possibles. Un jour c'était de l'asphalte, une autre la neige et la glace. Nous avons énormément travaillé à la suspension de la 307. En comparaison avec la voiture qui a débuté en décembre, c'est une tout autre voiture. La 307 me fait beaucoup penser à la Toyota Celica. Elle se conduit facilement, n'est pas nerveuse ni imprévisible. Lundi, j'ai rencontré pour la première fois mon équipier Marcus Gronholm. Il a effectué des essais pendant six semaines à un autre endroit. Je suis persuadé que nous travaillerons bien ensemble."

Le choix des pneumatiques est déterminant au "Monte". "Ce n'est pas le rallye le plus facile du championnat" estime Loix. "Si on arrive à monter les bons pneus au bon moment, on est bien parti. La difficulté est que nous devons choisir les gommes pour plusieurs spéciales qui peuvent présenter des conditions météo différentes. Mais je pense que je peux viser un Top 5."

Engagé mi-décembre par Renault, Larry Cols aura le redoutable honneur de défendre le titre mondial "junior" du constructeur français, remporté en 2003 par le Français Brice Tirabassi qu'il est appelé à remplacer.
Après quelques séances d'essais, Larry Cols a de bonnes sensations. "Nous avons effectué des essais pendant trois jours, dans des conditions diverses: sur du sec mercredi, sur la glace jeudi et sur la neige vendredi. La Clio se laisse piloter facilement, mais je suis content d'avoir pu effectuer ces essais" explique Cols qui aura pour co-pilote Filip Godde.

"L'équipe est fantastique, comme mon entente avec mon équipier Nicolas Bernardi. Je n'ai pas de pression mais de l'ambition. Renault était champion du monde l'an dernier et veut le même résultat cette année. Je pars plein de confiance pour remplir cette tâche. Un championnat ne se remporte pas en faisant des folies mais en étant régulier. Finir et marquer des points est la clé du succès. Ce sera mon 2e Monte Carlo. Le premier remonte à 1998 au volant d'une Fiat Cinquecento pour mes débuts en Mondial."