L'écurie suisse ne sera de facto pas partenaire de Peugeot en Hypercar...

C'est une page de l'histoire de l'endurance qui se tourne sans l'air d'y toucher. Présent en LMP1 depuis 2010, Rebellion Racing arrêtera les frais après les 24 Heures du Mans 2020. L'horloger suisse a en effet décidé que le moment était venu de se retirer. Bastion des écuries privées engagées en LMP1, Rebellion a joué un rôle-clé dans le retour de Toyota puisque ses Lola furent motorisées par la firme japonaise afin de préparer son grand retour dès l'année suivante. On retiendra également les belles Vaillante LMP2 avec un titre à la clé en 2017, sans oublier deux victoires à Petit Le Mans en 2012 et 2013.

"La stratégie de la Marque Rebellion Corporation doit changer !, affirme Calim Boudhadra, le PDG de Rebellion Corporation. Les 24 Heures du Mans 2020 seront notre dernière course et nous mettrons un point d’honneur à terminer l’aventure sur une note positive, et enrichir un palmarès déjà excellent. Nous remercions nos partenaires de nous avoir fait confiance et d’avoir relevé, ensemble, tant de défis avec l’esprit rebelle. En tant que team privé, nous sommes fiers d’avoir écrit une page du sport automobile. Je suis persuadé de la réussite future du challenge de la marque Peugeot en WEC, que je regrette de ne pas être en mesure d’accompagner."

Ce retrait signifie que les Helvètes ne seront pas associés à Peugeot qui doit faire son retour dès 2022 avec une Hypercar. Le constructeur sochalien a pris acte de la décision de son désormais ex-partenaire et que celle-ci ne remettait pas en question la tenue du programme.