C'est à l'usine de Satory, ce mardi 6 juillet, que Peugeot a levé le voile sur sa nouvelle Hypercar qui débutera au Mans en 2022 ou au plus tard pour les 100 ans de l'épreuve en 2023. Et autant l'avouer de suite, la marque française a fait fort en élaborant quasi une concept car destinée à la compétition même si des exemplaires dérivés de cette 9X8 devraient être disponibles pour la route dans le futur.

On sent de suite la griffe Peugeot pour cette lionne prête à rugir. Enfin pas de suite puisque les premiers tours de roues ne sont pas prévus avant décembre. Quant aux débuts en compétition, ils seront évalués en fonction des résultats des premiers tests. L'équipe française ne veut surtout pas se précipiter car une fois homologué, leur nouveau proto le sera pour cinq ans. Il ne s'agit donc pas de se louper ni de se précipiter.

Surtout quand on sait que Toyota a déjà au moins un an d'avance et que des constructeurs comme Audi, Porsche, BMW ou Ferrari arrivent dans cette catégorie LMH (Le Mans Hypercar) marquant le renouveau de l'endurance. On ignore donc encore s'il faudra attendre juin 2022 ou 2023 pour voir cette voiture innovante dans la Sarthe. L'objectif ou plutôt les objectifs pour le retour de Peugeot en endurance après une décennie d'absence sont clairs: gagner une quatrième fois Le Mans et remporter le championnat du monde d'endurance dans lequel ils seront engagés, au moins, jusqu'en 2025 avec deux autos se distinguant surtout par l'absence d'aileron arrière.

Le règlement a bien été étudié et le maximum d'appui autorisé pour la catégorie viendra du châssis lui-même et du fond plat avec une règlementation plus libre qu'en LMP1. Doit-on parler du retour de l'effet de sol? C'est bien possible pour cette 9X8 à quatre roues motrices au design révolutionnaire et assez futuriste qui devrait tourner en 3'30 sur le grand circuit du Mans, soit à une quinzaine de secondes des anciennes LMP1 encore vues l'an dernier.

Les pilotes ont déjà eu l'occasion de prendre le volant de leur future monture dans le simulateur et leur feedback est très positif. "Avec ce proto au look vraiment inédit, on entre vraiment dans une nouvelle ère du sport auto," a déclaré avec enthousiasme l'ex-pilote de F1 Kevin Magnussen, l'un des six pilotes déjà désignés par le constructeur français pour cet ambitieux programme. Notons enfin que, contrairement à d'autres constructeurs, Peugeot n'a pas prévu de vendre certains de ses protos à des Teams clients.

© Peugeot
© Peugeot