On n'a pas fini d'entendre parler de ce qu'il convient désormais d'appeler l'"affaire de l'annulation (ou pas) du Rallye du Condroz." Il n'est jamais bon de savoir la vérité avant tout le monde. Car par les temps qui courent, la vérité d'un jour n'est plus celle du lendemain.

Comme nous l'avait communiqué un membre de l'organisation du Rallye de Roulers, la décision d'annuler le Rallye du Condroz avait bien été prise il y a une dizaine de jours. Ce n'était donc pas que de simples rumeurs comme l'ont fait croire certains membres de l'organisation.

A la tête du Motor Club de Huy depuis quatre ans, Olivier Rocour avait reçu le soutien unanime des membres du Conseil d'Administration. Un communiqué avait donc été rédigé pour annoncer, mercredi dernier, l'annulation conjointe des trois épreuves belges. L'organisateur de Roulers l'a même évoqué par erreur : « Suite à l'annulation conjointe de trois épreuves belges... » précise-t-il.

Sauf qu'en dernière minute, suite au lobbying de la fédération, il y a eu un retournement de situation. Le Motor Club de Huy s'est soudainement désolidarisé des deux autres organisateurs belges et a demandé de supprimer leur nom du communiqué.

Suite à cet incompréhensible volte-face, le président Olivier Rocour a donné sa démission. Il est provisoirement remplacé par Frank Godelet. Ce dernier envisage diverses solutions pour « sauver » le Condroz. Des rumeurs internes parlent d'une épreuve organisée sur une seule journée, avec seulement deux ou trois spéciales éventuellement parcourues dans les deux sens.

400 personnes tous les 3 km

Le RACB a soumis au GT Rally un protocole sanitaire très évolutif parlant, c'est la vérité de ce jour, de 400 personnes tous les 3 km, dans des zones bien spécifiques, avec prise de température de chacun. Vraiment difficile à faire respecter par des clubs et les jeunes responsables des entrées. Et qu'arrivera si au lieu des 1200 personnes autorisées officiellement sur une spéciale on se rend compte qu'il y en a 4000 ? Organiser un grand Rallye Sprint est-il digne du Condroz ? Pour le RACB qui a intronisé l'épreuve provinciale d'Audenarde au calendrier, la réponse est certainement oui...

Mais comme on dit, les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Et il serait dommage que vouloir organiser à tout prix puisse nuire à la santé financière du club hutois et à la bonne réputation de son épreuve. Cela, Etienne Lerson, organisateur du Rallye de Wallonie, l'a compris depuis longtemps en remettant sagement, tout comme le Rallye des Crêtes, sa prochaine édition à 2021.

Alors comme ils l'ont annoncé officiellement, les organisateurs se donnent encore quelques jours voire semaines pour voir l'évolution du virus dans notre pays et prendre la bonne décision. Et cette fois s'y tenir !