Il lui suffit de terminer dans les quatre premiers pour être sacré

SEPANG Il y a encore une semaine, Jorge Lorenzo était à deux doigts de faire chanceler Valentino Rossi. Mais l’abandon du Majorquin et la deuxième place de l’Italien en Australie ont complètement chamboulé les données. Conséquence : à la veille de l’avant-dernier Grand Prix de la saison, Rossi possède 38 points d’avance et il faudrait vraiment un tremblement de terre pour qu’il ne décroche pas son septième titre dans la catégorie reine. Le Dottore pourrait même être sacré dès ce dimanche s’il ne perd pas plus de trois points sur son dauphin.

En fait, Rossi, qui compte cinq victoires en Moto GP à Sepang, donc celle de l’an dernier, est bien décidé à tout faire pour entériner le débat le plus vite possible. Le souvenir douloureux de la grande finale à Valence en 2006 où une chute l’avait privé du titre mondial au profit de Nicky Hayden est encore bien gravé dans son esprit. “Je dispose d’une première balle de match et je n’ai nullement envie de la galvauder” , déclare le premier pilote Yamaha. “Mon objectif, ce dimanche, sera de conclure le championnat.”

Bien qu’il ait signé le meilleur chrono de la première séance libre devant Stoner, Pedrosa et Rossi, Jorge Lorenzo n’a plus qu’une seule ambition : préserver sa place de vice-champion du monde. “Je ne pense plus au championnat. Dorénavant, je reviens à mon objectif du début de l’année : terminer deuxième du championnat pour ma seconde saison en Moto GP.”

Encore que cette seconde place est également convoitée par Casey Stoner, qui a retrouvé son meilleur niveau en Australie. Mais la chaleur humide de Sepang est bien différente des températures froides de Phillip Island. Surtout que l’Australien ne cache par son aversion pour les climats chauds.

En plus, Dani Pedrosa n’a pas abdiqué quant à ses prétentions pour le dernier strapontin du podium final. L’Espagnol (3e à Phillip Island) n’est qu’à 6 points de Stoner et est bien décidé à faire durer le suspense jusqu’au dernier acte du championnat programmé à Valencia. Là, il évoluera devant son public… avec des sensations décuplées.

En 250 cc, le champion du monde en titre Marco Simoncelli est revenu à 12 points du leader japonais Hiroshi Aoyama grâce à sa victoire en Australie, la 5e de sa saison. Aoyama ne sera sacré en Malaisie que si Simoncelli ne fait pas mieux qu’une 5e place.

Mais sur le plan mathématique, les deux Espagnols Bautista et Barbera peuvent, eux aussi, faire échouer les plans du pilote nippon.

En fait, tout porte à croire qu’il faudra attendre la dernière course du championnat pour désigner le nouveau champion du monde en quarts de litre.



© La Dernière Heure 2009