GP de Catalogne : terrain de jeu favorable au septuple champion du monde

BARCELONE À peine vient-il de fêter sa sixième victoire consécutive au Mugello que Valentino Rossi est de retour en piste pour de nouveaux défis car, s'il l'emporte à Montmelo, le facétieux Italien aura toutes les raisons de refaire la fête : il franchirait alors la barre mythique des 60 victoires en catégorie reine, signerait au passage son 96e podium (NdlR : soit un de plus que Mick Doohan, légende vivante de la discipli- ne) et offrirait à Yamaha sa 150e victoire dans la discipline la plus convoitée. De quoi transcender très sérieusement Valentino Rossi qui reste sur trois succès consécutifs en Catalogne.

"Ma victoire au Mugello m'a redonné totalement confiance pour la suite du championnat", enchaîne le porteur du célèbre numéro 46. "En plus, à Barcelone, j'ai autant de fans que Pedrosa qui court à domicile. Ici, c'est toujours un réel plaisir de piloter quand je suis devant mes adversaires espagnols", plaisante Rossi.

En tout cas, un qui ne rit pas du tout, c'est bien Dani Pedrosa qui compte déjà un retard de 24 unités sur le Transalpin et 33 points sur Casey Stoner, le leader du championnat. Le petit Espagnol n'est plus à la fête depuis quelque temps. Dès lors, il se doit de réagir dans son fief, au risque de voir le duo de tête prendre le large au classement général. Cette fois, Pedrosa n'a plus le choix. L'ex- double champion du monde des 250 cc est quasi obligé de remporter, dimanche, sa première course de la saison. Deuxième en Toscane, après trois épreuves galvaudées, le jeune banlieusard de Barcelone a tout intérêt à décrocher sa 3e victoire en catégorie reine.

Mais pour Rossi, c'est du côté de Stoner que le danger risque bien de jaillir une nouvelle fois. "J'ai tiré pas mal d'enseignements de ma course en Italie, déclare l'Australien. Le tracé catalan est un régal de pilotage avec ses longues courbes et enfilades aveugles. On y retrouve également l'une des plus longues lignes droites de la saison avec celle du Mugello. Ducati a remporté sa première victoire en Grand Prix ici et ce serait bien de remettre le couvert sur ce circuit technique qui convient très bien à la puissance de ma Ducati."

Après avoir vécu un week-end décevant sur les hauteurs de Florence (accrochage avec son compatriote Bautista dans le dernier tour), Jorge Lorenzo espère reprendre sa marche en avant en 250 cc et remporter sa 6e victoire de la saison devant son public. Un sentiment qu'Hector Faubel partage en 125 cc. En tête du championnat dans sa catégorie depuis sa victoire en Italie, le jeune pilote hispanique du team Aspar veillera à conforter son leadership devant les dizaines de milliers d'aficionados, tous acquis à sa cause.


© La Dernière Heure 2007