S'il conserve son avance, Stoner sera couronné dès dimanche au Japon

MOTEGI En renouant avec la victoire à Estoril, Valentino Rossi a mis fin à un été pourri (quatre courses sans podium dont deux abandons) et a retrouvé sa joie de vivre. Même si L'Italien reconnaît que le titre est joué. Mais pour un extraverti de la trempe du Dottore, il n'est pas question d'abandonner la partie et de s'adonner aux seconds rôles d'ici la fin du championnat. "Comme je n'ai plus rien à perdre, je souhaite clôturer la saison en beauté. Michelin a fait du bon travail au niveau des pneus et le nouveau moteur commence à répondre à nos attentes. Il m'a permis de rester dans l'aspiration des Honda et des Ducati officielles dans la ligne droite du circuit d'Estoril. Ce week-end, je me retrouve sur un circuit type Le Mans, fait d'accélérations et de freinages. Cela devrait convenir à la Yamaha et je mettrai tout en oeuvre pour viser une 5e victoire cette saison."

Vainqueur des deux dernières éditions de l'épreuve, Ducati fait néanmoins figure de favori au Pays du Soleil Levant. Surtout que Rossi ne s'y est jamais imposé au guidon de sa M1. En revanche, Loris Capirossi qui n'est plus monté sur le podium depuis la manche du Sachsenring en juillet dernier rêve d'y signer la passe de trois. "Le Motegi reste pour moi un circuit spécial que j'adore et j'aimerais bien finir la saison et ma collaboration avec Ducati sur une note positive", déclare le vétéran italien.

On pourrait même ajouter que ce 15e Grand Prix de la saison apparaît comme un terrain de jeu parfait pour Casey Stoner qui ne demande pas mieux que de perpétuer la tradition Ducati, tout en damant une nouvelle fois le pion à son coéquipier. "Ducati reste sur deux poles et sur deux victoires. Ce serait bien de continuer dans cette voie. J'espère encore gagner d'autres courses avant la fin du championnat. Et si je me concentre sur la victoire, le championnat suivra", déclare celui qui n'a plus besoin que d'un succès pour revêtir les lauriers mondiaux.

Jorge Lorenzo est également en mesure de décrocher dimanche son deuxième titre mondial en 250 cc. Mais pour cela, il faudrait qu'Andrea Dovizioso ne marque pas plus d'un point et qu'Alex de Angelis ne termine pas mieux que sixième.

En revanche, le suspense demeure entier en 125 cc après la victoire d'Hector Faubel au Portugal. Le petit Espagnol est revenu à cinq points de Gabor Talmacsi et tout porte à croire que le titre des petites cylindrées va se jouer entre les deux pilotes du team Aspar.



© La Dernière Heure 2007