Le Circuit de Spa-Francorchamps va progressivement faire peau neuve et multiplier les investissements jusqu’en 2021.

"Nous ne voulons pas créer pour le plaisir de créer. Nos infrastructures sont vieillissantes et il fallait un ravalement de façade". C’est par ces mots que Nathalie Maillet, directrice du Circuit de Spa-Francorchamps, présente tous les investissements qui seront faits sur le plus grand circuit du monde jusqu’en 2021. Certains ont déjà été faits à l’instar de la création du centre d’extraction ou sont toujours en cours comme l’asphaltage de l’aire de la tribune F1. Ces derniers mois, le circuit a également mis en place un wi-fi gratuit, 8 écrans LED extérieurs ou encore une nouvelle application mobile.

Avec le pullulement des dégagements asphaltés, les non-respects des limites de la piste se multiplient et nombreux sont ceux qui regrettent les bacs à graviers. Le circuit va prendre le taureau par les cornes en lançant un système d’analyse des trajectoires. Cet outil ultra-précis, également utilisé à des fins de monitoring et de fan experience, indiquera à 2 centimètres près la position d’une voiture sur la piste. Cette nouveauté sera d’abord expérimentée au Raidillon et à Blanchimont, deux points noirs pour les limites de la piste. L’épingle de la Source et les Combes seront ensuite testées. Le système sera d'abord essayé sur deux événements en 2019. « C’est une première mondiale et la F1 regarde de près à ce système », commente Nathalie Maillet. « Si ce système porte ses fruits, d’autres circuits l’adopteront. »

Et la suite du programme est plutôt alléchant. Le chemin des ambulances entre les Combes et le Double Gauche, où une nouvelle tribune sera également installée, sera élargi afin de permettre une meilleure circulation. Les sanitaires parfois insalubres seront remplacés par des nouveaux tandis qu’un nouveau bâtiment pour le service médical public ainsi que pour les pompiers va voir le jour. La Villa t’Serstevens et l’Eau Rouge auront également droit à un ravalement de façade, tout comme le paddock rouge qui proposera de nouveaux parkings ainsi qu’une extension du P-1. La célébrissime tour Uniroyal aura enfin droit à un ascenseur pour y accéder tandis que les commissaires disposeront d’un tout nouvel espace de camping.

Enfin, le circuit se voudra plus proche des fans en proposant des caméras embarquées dans les voitures et qui seront accessibles via Internet. 21e siècle oblige, une zone d’e-gaming, déjà mise en place sur la terrasse de la pit F1, sera enrichie. Tandis que d’immenses dômes en forme de casques truffés d’écrans interactifs seront éparpillés aux alentours du circuit et retraceront l’histoire de Spa-Francorchamps par décennie. Le premier d’entre eux, rappelant les années 70 et singeant le couvre-chef de Jacky Ickx, a déjà été placé à l’entrée de Ster. Toutes ces nouveautés sortiront de terre au cours des 24 prochains mois.

© LPR

Reste le cas du MotoGP. Après que la région wallonne et plusieurs partenaires bancaires aient débloqué les fonds nécessaires, nombreux se sont enthousiasmés à l’idée de revoir le fleuron des deux roues sur le toboggan ardennais après près de 30 ans d’absence. La balle est désormais dans le camp de la Dorna pour planifier un retour des motos en Belgique. «Notre plan de financement a été validé et nous sommes prêts de notre côté », commente Melchior Wathelet, Président de la S.A Le Circuit de Spa-Francorchamps. « Accueillir le MotoGP est toujours au stade de possibilité car aucune date n’a encore été choisie avec le championnat pour mettre en place un Grand Prix moto de Belgique dans le futur. Spa-Francorchamps accueille plusieurs grands événements et nous serions ravis que le MotoGP en fasse partie. »