La directrice du tracé ardennais, Nathalie Maillet, flanquée de sa communication manager Séverine Cirlande, du ministre wallon de l'économie Willy Borsus ainsi que du bourgmestre de Malmédy Jean-Paul Bastin, vient de présenter la première phase du plan décennal évalué à 80 millions d'euros.

La première bonne nouvelle de la vidéo-conférence fut la confirmation définitive de la tenue des 24 Heures Motos, qui compteront pour l'EWC, à compter de juin 2022. Un contrat de 10 ans a été bouclé avec Eurosport Events qui veille à la destinée du championnat du monde d'endurance sur deux roues. Nathalie Maillet en a profité pour annoncer que le circuit venait d'obtenir le grade C auprès de la FIM, sésame nécessaire pour organiser des compétitions motos de grande ampleur. A terme, l'objectif est d'obtenir le grade A, soit le statut le plus élevé et qui pourrait permettre d'accueillir le MotoGP. Spa-Francorchamps rentre ainsi dans le cercle très fermé des 10 circuits au monde pouvant se targuer de pouvoir accueillir de grandes compétitions autos et motos.

Le circuit fera donc sa mue. Les bacs à graviers feront ainsi leur retour en masse. On en trouvera quasiment partout, avec une bande asphaltée au-delà pour permettre aux pilotes de rejoindre la piste. Un peu comme à Mettet, le speaker's corner, situé entre les virages de Bruxelles et Pouhon, proposera à l'avenir deux tronçons différents : l'un pour les quatre roues qui existe déjà, l'autre pour les deux roues. Que les puristes se rassurent : le dessin du reste du circuit demeurera inchangé.

Les infrastructures vont également évoluer. Réclamée à corps et à cris, un tribune couverte sera ENFIN installée dans le Raidillon. 4.600 places avec vue panoramique mais aussi des loges et des accès aux P.M.R sont prévus. La voirie sera également améliorée et fera désormais six mètres de large. Il y aura une séparation pour les piétons et les véhicules. Les gradins et les tribunes dans la descente de l'Eau Rouge auront également droit à un coup de jeune bienvenu et seront reconstruites. Le premier coup de pioche est prévu aux alentours du 15 mars 2021, sans pour autant entraver l'activité sur piste.

© DR