Stéphane Henrard, l’engagé de dernière minute…

BRUXELLES Stéphane Henrard n’a sans doute jamais été aussi heureux de prendre le départ du Dakar . Après onze participations d’affilée, le pilote bruxellois s’était tout doucement fait à l’idée qu’au terme de cette année noire sans la moindre course, le grand rendez-vous sud-américain lui passerait également sous le nez. C’était sans compter sur la création, voici quelques semaines, du team Marc VDS, regroupant plusieurs structures du sport moteur et dont son team HRT fait désormais partie intégrante.

“Ce fut effectivement un grand soulagement et je tiens à remercier à la fois Pascal Witmeur et Marc van der Straeten pour cette initiative salvatrice” , souligne-t-il. “Je viens de passer une année très sombre sans trouver le moindre partenaire, ni le moindre client pour mes buggys VW TDI. Lorsque cette opportunité s’est présentée à moi, j’ai sauté dessus à pieds joints...”

Partant de dernière minute, Henrard qui sera secondé par François Beghin, vise ni plus ni moins qu’une place dans le Top 10 final, au volant de l’un de ses anciens buggys VW TDI.

“Nous n’avons pas eu l’occasion de développer suffisamment le nouveau modèle, c’est pourquoi j’ai préféré jouer la carte de la sécurité...”

Sage, il le sera également en début de parcours sur les pistes argentines, pas du tout adaptées à son scarabée ... “Sur ces spéciales typées WRC, nous n’avons vraiment rien à gagner” , poursuit-il. “Nous aurions mê- me beaucoup à perdre. C’est pourquoi j’ai décidé de partir en levant le pied. Il va également falloir que je me remette dans le bain car je n’ai pas roulé la moindre course depuis le dernier Dakar...”

Une voiture, un camion d’assistance : c’est donc bien dans son plus simple appareil que Stéphane Henrard aborde ce Dakar 2010. “Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point c’est une joie de partir comme cela, en ne devant penser qu’à soi-même. Cela fait longtemps que je n’ai plus eu à gérer que mes propres problèmes... J’espère simplement que le parcours présentera quelques étapes très difficiles où, inévitablement, je parviendrai à m’illustrer. Cela s’est toujours déroulé comme cela par le passé...”

Un passé et un palmarès qui en attestent : avec une 7e place en 2000, une 6e en 2003 et une 10e place en 2007, Stéphane pourrait ainsi devenir l’un des seuls pilotes belges à s’être classé à quatre reprises dans le Top 10 final de cette épreuve légendaire. “Mais sachez que j’y vais surtout pour me faire plaisir ! Qui sait? vu la conjoncture, ce sera peut-être mon dernier Dakar. Alors, comptez sur moi pour en profiter totalement !”

C’est là, effectivement, tout le mal que l’on lui souhaite...



© La Dernière Heure 2009