Les organisateurs des Legend Boucles sont décidément peu vernis cette année.

Alors que leur affiche était déjà maigrichonne et que les pilotes de renom n’étaient que trois parmi les 186 pillotes au départ, deux disparaissaient très prématurément.

Engagé de dernière minute, Renaud Verreydt était victime de soucis de transmission dès le troisième "Régularity Test".

Partageant le premier "scratch" avant Stéphane Lefèbvre, Cédric Cherain, deuxième en 2020, cassait un cardan de sa Porsche en réaccélérant à la sortie d’une épingle dès le second RT.

Le duel attendu n’aura donc duré qu’une seule spéciale, la première.

Invité sur la Ford Escort MKII Groupe 4 de Christophe Jacob, Stéphane Lefèbvre se retrouvait donc vite en tête de ce que l’on pouvait comparer à un second "Escort Rally" tant les représentantes de la marque de l’Ovale Bleu étaient nombreuses aux avant-postes.

La vedette française, leader du championnat de Belgique moderne depuis sa victoire au Haspengouw samedi dernier, alignait les meilleurs temps comme des perles. Neuf sur dix pour rentrer à Bastogne samedi soir avec une avance de 18 points de pénalité sur l’ancien vainqueur Stouf et sa Ford Escort MKI, auteur du dernier scratch nocturne.

Attention, cela ne signifiait toutefois pas encore qu’il avait course gagnée. Car les six spéciales d’aujourd’hui se disputent sur la terre, la surface de prédilection de l’ancien vainqueur néerlandophone. Car les points de retard seront doublés ce qui veut dire que dix secondes de retard par rapport au chrono imparti vaudront 20 points de pénalité. Et surtout car les risques de crevaison seront plus importants.

Le régional de l’étape Frédéric François complétait le podium provisoire à 74 points devant Olivier Cartelle (à 85) et Christophe Daco (à 92) intégrant le Top 5 suite à la sortie de route de l’Opel Ascona de Romuald Thirion dans la dernière spéciale.

Septième derrière Loïc Pirot à 250 points, soit plus de 4 minutes, Gérard Marcy (Porsche) était le premier des non Escort.