Plus de dix couronnes attribuées ce week-end lors des finales en GT1, GT2, GT3, BGT et BTCS

ZOLDER C’est le genre de gros meeting comme on les aime. Avec beaucoup d’actions, de bruit, de belles autos, de dépassements, de ravitaillements et, on l’espère, de suspense. Pour la troisième année consécutive, le championnat GT de la FIA débarque sous nos pinèdes amenant cette année dans sa corbeille, pour la première fois, le FIA GT3.

Avec, en prime, les finales du Belgian GT et des Belgian Touring Car Series, les amateurs du genre vont être gâtés durant deux jours très intenses.

Certes, notre piste étriquée et technique est moins exotique que le désert de Dubaï, mais réserve souvent de bien belles courses. On se réjouit d’autant plus que, pour la première fois de l’histoire du FIA GT, un Belge est en lice pour le titre. Et, en plus, il s’agit de l’enfant du pays, Anthony Kumpen, associé à son compère Mike Hezemans sur l’une des trois Corvette C6-R belges , la PK Carsport.

Avec quatre points de retard face à Michael Bartels, son armée Maserati et son manque de principe, la partie ne s’annonce pas facile. D’autant que les au-tres Corvette ne lui feront pas de cadeau. Mais à l’impossible... Le public et la pluie sans doute aideront peut-être le Hasseltois à se surpasser.

En GT2, où l’on assiste au traditionnel duel Ferrari - Porsche, une équipe belge aussi peut triompher grâce au duo Westbrook - Collard chez Prospeed.

Et puis, on suivra avec intérêt les performances de la Ford GT 2010 Marc VDS de Bas Leinders et de Renaud Kuppens face à la Nissan GTR Nismo.

En GT3, si le peloton souvent agité des Européens s’élancera devant celui des Belges, c’est surtout la lutte pour le titre entre l’Audi R8 LMS de la paire Hemroulle - Verbergt et la Dodge Viper de Koen Wauters et de Jeffrey Van Hooydonk qui passionnera les foules. Le chanteur et l’ex-pilote de F3.000 garderont-ils la tête haute face aux pros d’Audi ?

Enfin, en BTCS, la Renault Mégane de Bouvy-Kelders devrait pouvoir conclure facilement face à la BMW M3 Silhouette de Vanbellingen-Maes et ses 140 kg de lest, très lourds à porter ici.

Mais en sport mécanique, rien n’est jamais perdu ou gagné avant le drapeau à damier. Venez le constater par vous-même lors d’un très beau meeting de sport auto.



© La Dernière Heure 2009