Moteurs Le pilote de Hamoir entame sa 4e saison avec la Golf TCR.

Ancien membre de la WRT Karting Academy, Maxime Potty (19 ans) est de retour au bercail. Après une saison chez Comtoyou Racing, notre espoir du Tourisme est revenu dans l'équipe de Baudour pour une quatrième saison déjà en TCR, la deuxième au niveau européen. Nous l'avons rencontré à l'occasion de la grande présentation du team de ce jeudi soir.

Maxime, on vous a vu en tests la semaine dernière à Zolder avec votre Golf. Comment vous sentez-vous désormais derrière le volant?
"Très bien. Je ne me plains plus du set-up comme l'an dernier. On a trouvé des réglages avec lesquels je me sens à l'aise, dix fois plus en confiance. Je travaille avec l'auto, je ne dois plus me battre au volant. On a testé sur quasi toutes les pistes et je me sens prêt."

Prêt à quoi?
"A lutter pour le podium au championnat et la victoire lors de certaines courses, notamment chez moi à Francorchamps où j'avais déjà signé deux podiums en 2018. J'ai la pointe de vitesse, la voiture et le team pour y arriver. Je dois juste encore gagner un peu d'agressivité sur la piste pour ne plus me laisser trop faire dans le peloton."

VW Motorsport vous soutient-il?
"L'usine est plus impliquée en WTCR depuis l'arrêt du programme rallycross. Me concernant, c'est encore en discussions. J'espère qu'une bonne nouvelle tombera avant le début de saison."

C'est quoi le but à plus long terme?
"Se mettre en avant afin d'être soutenu par une marque dès 2020. On a déjà consenti pas mal d'efforts et déboursé pas mal d'argent depuis le karting. Il serait temps maintenant d'arrêter tout doucement de devoir payer pour rouler et de rentabiliser cet investissement."

Vous verra-t-on ailleurs qu'en TCR Europe cette année?
"Sur les courses VW Fun Cup pour soutenir et aider mon petit frère Antoine. Il y a une possibilité peut-être de disputer la course de Zandvoort en WTCR en tant qu'invité mais on doit trouver un gros budget supplémentaire. Sinon, j'espère me retrouver au départ des 500 Tours de Spa."

Vous êtes toujours étudiant ou vous travaillez déjà entre les courses?
"Je travaille pour mon père. On a créé une petite société de livraison et transport de voitures afin d'assurer mes arrières au cas où je ne parviens pas à devenir professionnel en sport auto."