Quatorze courses au programme avec Citroën

BRUXELLES La nouvelle a été officialisée hier : en plus de remettre son titre en jeu en Championnat d'Europe, Bruno Thiry s'attaquera au championnat de Belgique Super 1600 aux commandes d'une Citroën. De quoi donner un sérieux coup de fouet à la discipline même si certains envisageraient dès lors de mettre une femme au volant pour ne pas devoir relever ce sacré défi. Espérons donc que la raison l'emportera et que Vanneste ou Casier héritera du volant Fiat pour s'attaquer à la forteresse liégeoise qui visera, pour la première fois, le titre de champion de Belgique. «J'ai rarement disputé un championnat complet chez nous, confiait hier un Bruno aux anges. Mieux encore, c'est la première fois de ma carrière que j'aurai un programme aussi chargé avec 9 joutes européennes (dont Ypres), plus cinq autres rallyes belges. Je serai seulement absent à Roulers pour cause de concurrence avec la manche turque du Championnat d'Europe. Je dois vraiment remercier Marc Van Dalen (Kronos) et Luc Lion (Citroën Belgique) de me faire autant confiance. Je suis juste un peu désolé pour les jeunes qui espéraient monter un programme en C 2 Super 1600...»

Car malheureusement les budgets ne sont pas extensibles. Et avec le Challenge C 2 dont les débuts sont reportés au Wallonie, Citroën s'investira déjà assez dans notre championnat.

L'homologation de la C 2 Super 1600 étant reportée au 1er avril (et ce n'est pas un poisson), c'est aux commandes d'une Saxo issue des ateliers de PH Sport que Thiry disputera les deux premières manches du championnat belge, Spa et le TAC: «Je me réjouis déjà d'être au départ des Boucles que je n'ai plus faites depuis 1997. Savez-vous que je n'ai plus terminé cette épreuve depuis ma 3e place en 1993 avec l'Astra ? Voilà qui ne nous rajeunit pas ! La bagarre face à la Clio de Larry Cols et la Polo de mon ami Marc Duez sera certainement très intéressante. La Renault est normalement un peu plus performante que la Saxo mais je compte sur les conditions pour m'aider. Je ne partirai pas vaincu, loin de là», poursuit un champion d'Europe toujours épaulé par Jean-Marc Fortin. «Je suis hypermotivé. Je suis certain qu'on peut s'amuser dans une petite auto comme cela. J'ai déjà prouvé que je pouvais avancer dans une traction avant. Je ne compte pas me laisser faire même si le plus important sera de marquer des points car je n'aurai droit qu'à un joker (5 résultats sur 7 comptent en Super 1600) et je dois absolument ramener les deux titres.»

Un objectif tout à fait à la portée d'un Moustic toujours piquant.

© Les Sports 2004