24 Hours of Zolder

Qualité et quantité sur la piste, animations et fête dans les paddocks

ZOLDER À six grosses semaines de leur 31e édition, les organisateurs du circuit Zolder et les promoteurs des 24 Hours of Zolder ont improvisé hier une petite conférence de presse pour présenter leur double tour d'horloge. Qu'y a-t-on appris ? À vrai dire, pas grand-chose de concret.

"Notre premier objectif était de réunir un plateau à nouveau correct d'une quarantaine de voitures, ce qui devrait être le cas cette année grâce à l'ouverture de notre épreuve aux concurrents du BTCS et de la Dunlop Endurance Cup," se réjouit Peter Hudders, le nouveau directeur du circuit Zolder. "En 2009, la qualité sera présente mais aussi la quantité."

En discutant avec Christian Lahaye et Hans Van de Ven, anciens concurrents désormais associés par raison et obligation (le RACB n'autorisera plus de championnat VAS en circuit à partir de 2010) plus que par passion, on peut avoir une idée un peu plus précise de ce qui nous attend sur la grille le 22 août prochain : neuf à dix GT3 du BGT (une Dodge K + K, deux Ferrari, deux Lamborghini, deux Porsche, une Ford GT, une Ford Mustang, peut-être l'Aston Martin et de moins en moins probablement l'Audi R8), une demi-douzaine de Silhouettes (dont la Renault Mégane, deux BMW M3, au moins deux Solution F et peut-être une Jaguar et l'Audi A4), une huitaine de Tourisme (BMW, Seat et Clio), quelques GT4 (Mustang VDS, Porsche First) et une petite vingtaine de concurrents de la DSMEC dont la Chrysler Viper (avec au moins un pilote amateur obligé de parcourir 25 % de la distance), la Porsche 996 RSR Prospeed, la Porsche Biturbo AD Sport, la M3 de Belien, la Porsche Biturbo de Bouillon, la BMW du Britannique Moore ou encore quelques Supercup et petites Tourisme capables de descendre sous les minima de qualification fixé à 1.53.0.

Bref, un plateau à nouveau riche et varié comme à la belle époque du Belcar.

Autre bonne nouvelle, les G.O. ont trouvé une solution pour éviter les traditionnelles pompes à essence où un plein coûtait 3 à 4 minutes. Excellente initiative pour éviter que l'épreuve des 24H ne devienne une longue course à la consommation.



© La Dernière Heure 2009