24H de Daytona: avec Brabham, McNish et Kelleners, il rêve de remporter la grande classique floridienne

DAYTONA Entre sa maison californienne et l'ovale de l'Etat des crocodiles, Eric van de Poele a fait une petite escale en Belgique. Une occasion d'annoncer à sa famille la bonne nouvelle: en juillet prochain, sa femme Nadine lui donnera un cinquième enfant. De quoi postposer d'un an le retour prévu en Europe. Pourtant, à 39 ans, c'est bien de l'autre côté de l'Atlantique que le Namurois espère poursuivre sa carrière. " Ici, je suis encore un jeune ! s'exclame-t-il. Tout cela, c'est dans la tête. Mansell n'est-il pas devenu champion du monde à mon âge ? "
Sur la grille de départ des 24 Heures de Daytona samedi où l'on retrouvera notamment l'acteur américain Paul Newman (74 ans), le seul des nôtres possédant des chances de l'emporter n'aura pas l'air d'un vieux. Endurance rime avec expérience et VdP est encore loin de songer à la retraite. " J'espère encore rouler au moins dix ans, confie un Eric ne rêvant désormais plus de retourner en F 1. Mais bien d'inscrire, comme Didier Theys voici trois ans, son nom à la légende de Daytona. " Rouler en Ferrari reste toujours magique. Les bolides rouges ont une âme. Et gagner est encore mieux. J'en serai à ma septième participation ici, la troisième avec une 333 SP. Hormis avec la Courage, j'ai toujours pointé en tête à un moment de la course mais encore jamais à l'arrivée. "
Face aux nombreuses Riley&Scott (surtout celles du team Dyson) et aux quelques Lola (dont celle propulsée par un moteur Porsche de Wollek-Haywood et Maassen), van de Poele n'a sans doute jamais eu autant de raisons de se montrer optimiste. " Je disposerai du châssis trente-sept, le tout dernier construit à Maranello. Après sept ans d'exploitation, le modèle 333 SP tirera sa révérence. C'est la dernière fois qu'il sera compétitif grâce notamment à une grande bride permettant à nos chevaux de se libérer. "

Des essais avec Panoz

Et le Poele d'analyser objectivement ses chances de succès ce week-end. " L'auto est flambant neuve. Lors du shake-down à Houston, cela me faisait même mal au coeur d'étrenner cette mécanique tellement elle est belle. En fait, on devrait la mettre directement au musée ! La jeunesse du matériel peut constituer un avantage comme un inconvénient. Heureusement, le team Risi Doyle pour lequel j'ai encore roulé à deux reprises l'an dernier connaît bien Daytona et la Ferrari. Le châssis italien a toujours bien marché sur cet anneau de vitesse où il faut trouver le meilleur compromis entre haute vitesse sur le banking et tenue de route dans l' infield . Et normalement l'ensemble est fiable. "
Autre atout, l'homogénéité, la rapidité et l'expérience de l'équipage puisque le Belge partagera son volant avec le nouveau pilote d'essai Toyota F 1 Allan McNish, son ex-équipier en Formule 1 Brabham et l'Allemand Kelleners. " Notre seul point faible est la gourmandise de notre moteur par rapport aux Judd. On devra s'arrêter plus souvent. "
Mais au bout de vingt-quatre heures, la consommation ne devrait pas faire la différence. Et dimanche, victoire ou pas, Tintin se retrouvera sans programme pour 2001. " Je ne suis pas encore inquiet. La semaine prochaine, je dois essayer le nouveau proto Panoz à Road Atlanta. J'ai une ouverture là-bas pour épauler Magnussen et Brabham dans le championnat américain ALMS ainsi qu'au Mans. Je suis également toujours sur la liste de Cadillac, même si ce serait pour un programme réduit aux grand et petit Le Mans . Dans la Sarthe, rien qu'en chaussant des Michelin, la Northstar va gagner cinq secondes au tour. Enfin, je me réjouis de me retrouver au départ des 24 Heures de Francorchamps GT. J'attends les premières courses du championnat FIA pour voir dans quelle équipe j'aurai le plus de chances de monter sur la plus haute marche du podium. "
Sans doute pas Ferrari...