Saint-Nicolas a été sympa avec Stoffel Vandoorne cette année. Ce lundi 6 décembre sur le circuit de Sebring, le Courtraisien s'est installé dans le cockpit de la Dallara-Chevrolet de l'équipe Arrow McLaren SP et normalement dévouée à Patricio O'Ward (ici en photo), troisième du championnat IndyCar 2021. Notre représentant en Formula E et en WEC n'a pas eu trop de mal à s'acclimater à la puissante monoplace puisqu'il a achevé la journée au troisième rang derrière son équipier et champion de FE Nyck de Vries qui testait la Dallara-Honda du Meyer Shank Racing.

L'ancien pilote McLaren en F1 était enchanté par cette expérience, ce qui le conforte à faire un jour carrière de l'autre côté de l'Atlantique dans l'équivalent de la Formule 1 aux USA. "C'était génial !", se réjouit Stoffel, cité par IndyStar. "Je me suis bien amusé au volant de cette voiture qui est une vraie bête de course avec une direction assez lourde. Je devais me battre pour la placer dans les virages. Je suis très heureux et mon ressenti est très positif. J'ai pris confiance run après run et j'ai pu pousser sur la fin. On verra de quoi le futur sera fait pour moi mais il est évident que je m'intéresse fortement à l'IndyCar".

Vandoorne ne pourrait en tous cas disputer qu'un programme partiel en 2022 en raison de son engagement en Formula E avec Mercedes mais aussi celui plus que probable en WEC dans la catégorie LMP2 (avec WRT ?). "Stoffy" pourrait donc prendre part aux manches de Saint-Petersburg (27 février), Indy 500 (29 mai), la double manche de l'Iowa Speedway (23-24 juillet), Nashville City (7 août), WWT Speedway (20 août) et Portland (4 septembre). Tout dépendra évidemment de sa motivation et s'il dispose d'un bon volant lors de ces sept courses.

"Je n'aurai encore rien de prévu quand Mercedes stoppera son programme en Formula E à la mi-août", ajoute Vandoorne. "Je suis ouvert à toute proposition. Je voudrais continuer en FE mais je n'oublie pas l'endurance et l'IndyCar. Je suis actuellement à la croisée des chemins dans ma carrière de pilote. En tous cas, je veux me battre pour les premières places. Il me faut donc un bon team et Arrow McLaren a montré de belles choses ces derniers temps. Avoir un bon contrat sera la clé pour savoir si je viens ou pas en IndyCar. Mais si je viens, je veux rester pour plusieurs années dans ce championnat avec la même équipe".

Chez Arrow McLaren SP, dont le constructeur britannique détient 75% des parts, on cherche justement à aligner une troisième voiture qui disputerait un programme partiel. On veut la confier à un pilote sur qui compter. A l'issue des essais de Sebring, le team américain était en tous cas séduit par la prestation de Vandoorne.

"Ce fut un plaisir de travailler avec Stoffel ce lundi, sur la piste comme en dehors", commente Taylor Kiel, président de l'équipe, cité par Autosport. "Nous penserons à lui pour le futur, d'autant qu'il a fait du très bon boulot à Sebring. Il doit désormais comprendre les subtilités de l'IndyCar et s'il veut être de la partie, nous discuterons volontiers avec lui. Nous ne prenons pas de décisions dans l'immédiat mais on ne l'oublie pas car nous allons poursuivre notre montée en puissance et aimerions engager une troisième voiture à temps plein en 2023".

Vandoorne rejoindra-t-il la liste des Belges à avoir tenté leur chance aux Etats-Unis ? Réponse très prochainement, on l'espère !