Kevin Magnussen remercié, McLaren mise sur Stoffel pour le futur.

Champion des GP2 Series, Stoffel Vandoorne ignore toujours s’il sera sur la grille de départ des Grands Prix de F1 en 2016. Selon nos informations, Manor-Mercedes resterait la seule piste sérieuse pour l’espoir belge. Le Français Eric Boullier, ancien team manager de Lotus officiant aujourd’hui chez McLaren-Honda, connaît bien John Booth, le patron de la plus petite écurie du plateau. Il y avait déjà casé jadis Jérôme D’Ambrosio grâce au financement de Gravity et Gérard Lopez. Réussira-t-il à y faire entrer un autre de nos représentants cinq saisons plus tard ?

Si Ron Dennis est prêt à y mettre le prix (moins que le salaire de ses deux titulaires), gageons que notre champion aura la priorité sur les Rossi, Stevens, Leimer et autres Merhi pour épauler, sans doute, le champion DTM et protégé de Mercedes, Pascal Werhlein.

Mais si c’est pour permettre à Vandoorne de débuter en F1 chez Manor (à peine moins bien que McLaren pour l’instant), pourquoi Ron Dennis aurait-il averti Kevin Magnussen par courriel le 5 octobre qu’il ne faisait plus partie de la famille ?

Dès lors, une piste plus crédible a été révélée par Motorsport.com . Et si Stoffel combinait un rôle de réserviste McLaren (en attendant de remplacer Jenson Button en 2017) avec un statut de pilote Honda en Formula Nippon, des monoplaces plus rapides… que les Manor F1 sur le tracé de Suzuka ?

Le week-end dernier, André Lotterer s’est imposé à Sugo devant la Honda de Naoki Yamamoto. Le lien avec le constructeur japonais est évident (cela ne coûterait donc rien à McLaren) et cela permettrait au champion GP2 de conserver le rythme de la course en attendant qu’un baquet se libère en F1.

Alors Stoffel Vandoorne retrouvera-t-il bientôt le pilote Honda, sans grand succès cette année, Bertrand Baguette au pays du Soleil Levant ? Après tout, pourquoi pas le niveau de cette série étant au moins aussi relevé que la GP2 avec des monoplaces encore un peu plus performantes, très proches des F1 modernes ?

À moins que, comme le préconise notamment Toto Wolff, la FIA ne décide finalement d’autoriser les écuries de F1 à aligner trois voitures dès 2016. Cela réglerait les problèmes de pas mal d’équipes et de jeunes pilotes…