Disputée en fin de journée ce vendredi, la qualification des 6H de Spa n'a pas apporté de surprise. Comme lors des trois séances libres, c'est le proto Rebellion R13 – Gibson de Bruno Senna, Gustavo Ménezes et Norman Nato qui a signé la pole position avec un chrono moyen de 1'59.577.

Devancée par les Toyota dans les secteurs 1 et 3 les plus rapides, la Rebellion #1 a fait une énorme différence (une seconde et demie) dans le secteur 2 le plus technique. L'explication est simple : Toyota étrenne ici un nouveau package aérodynamique à appui réduit en vue des 24H du Mans. Les meilleurs réglages n'ont donc pas été adoptés par l'écurie japonaise en vue de l'épreuve spadoise. De quoi expliquer l'écart énorme les séparant non pas de la pole 2020 (840 millièmes, c'est déjà beaucoup), mais surtout de leur pole 2019. Une différence de plus de sept secondes ! Deux peuvent être attribuées à la piste, chaude et peu gommée compte tenu des trois mois sans course. Trois et demie au handicap visant à équilibrer artificiellement les débats entre protos hybrides et non hybdrides et enfin un et demi sans doute au manque d'appui.

Notons que la deuxième Toyota s'est vue supprimer un de ses meilleurs tours pour non respect des limites de la piste. De quoi expliquer un retard encore plus conséquent proche de la seconde et demie.

La ByKollès, quatrième et dernière des LMP1, pointe à 2.330 juste devant la plus rapide des LMP1, l'Oreca-Gibson United Autosport de Philip Hanson, Felipe Albuquerque et Paul Di Resta.

Maxime Martin poleman en GT

Dans la catégorie GTE-Pro, la pole est revenue à la Porsche 911 RSR #92 du dernier héros des 24H de Spa Kevin Estre et de son équipier norvégien Michael Christensen (ces deux-là seront rejoints aux 24H du Mans par notre compatriote Laurens Vanthoor). La meilleure moyenne est de 2.14.207 avec un meilleur chrono absolu à mettre à l'actif du pilote français en 2.14.191. Toutefois, le bolide allemand se faisait disqualifier et partira bon dernier.

C'est donc Maxime Martin qui s'élancera en pole position aux commandes de l'Aston Martin partagée avec Alex Lynn. La Vantage n°97 devance de 8 millièmes seulement devant la voiture soeur des leaders du championnat Marco Sorensen et Nicky Thiim.

« On est bien en usure de pneus sur les longs relais et surtout sur le mouillé, » expliquait notre représentant, le plus rapide encore une fois des pilotes Aston. « Or on annonce une météo très variable. L'objectif est clairement de gagner la catégorie, comme en 2019. »

La seconde Porsche officielle de Bruni-Lietz pointe au troisième rang devant les deux Ferrari 488 AF Corse concédant plus d'une seconde. C'est beaucoup...