Revenu nombreux avec des tribunes combles au moment du départ, le public n'a pas été gâté par les conditions météorologiques avec le retour de la pluie alors que toute la semaine avait été sèche. Un accident sans gravité pour le vétéran Miroslav Konopka, deux grosses averses, un directeur de course trop habitué à sortir son parapluie, et des bacs à graviers favorisant les plantages auront occasionné plus de 3h d'interruptions et de "full course yellow". Et l'on se demandait franchement pourquoi les neutralisations duraient si longtemps...

En tête durant la première demie heure, la Glickenhaus des polemen Pla-Dumas-Derani aura finalement dû se contenter du 9e rang absolu après divers petits soucis et des erreurs stratégiques.

Toyota a perdu la N°8 de Sébastien Buemi après une heure, victime de son système hybride ce qui nous a encore valu 25 minutes d'interruption car personne ne pouvait toucher la GR010 immobilisée à l'entrée du "pif paf" sous peine de se faire électrocuter...

Du coup, après un fantastique intermède assuré par un Robin Frijns impérial sous la pluie sur l'Oreca WRT, en tête au général durant une bonne heure et demie, la N°7 a hérité des commandes, le trio composé de Mike Conway, Kamui Kobayashi et José-Maria Lopez permettant au constructeur japonais de conserver son statut d'invincibilité dans nos Ardennes depuis 2017.

Deuxième à 27.473 secondes, l'Alpine A480 de Lapierre-Vaxivière-Negrao conserve la tête du championnat avant le prochain rendez-vous du Mans.

La troisième marche du podium absolu revient à la première des LMP2, l'Oreca du team belge WRT avec Robin Frijns, René Rast et Sean Gelael. L'équipe de Vincent Vosse réalise même un magnifique doublé à domicile grâce à la Real Team by WRT de Nato-Habsburg-Andrade. Le tiercé LMP2 est complété par la Jota de Stevens-Da Costa-Gonzales, en tête en début de course.

Le suspense a été haletant jusqu'au bout entre Porsche et Ferrari en GTE-Pro. Après que les deux 911 officielles se soient touchées dans le premier virage ce qui avait occasionné la crevaison et la perte d'un tour de la N°91 de Lietz-Bruni, les Ferrari ont profité la pluie pour prendre les devants. Michael Christensen est revenu au grand galop en fin de course mais n'a jamais réussi à doubler la 488 AF Corse de James Caldo et Alessandro Pier-Guidi.

Succès en GTE-Am de la Porsche Dempsey Proton Ried-Priaulx-Tincknell une seconde et demie devant l'Aston Martin Vantage TF Sport de Keating-Chaves-Sorensen.

Notons encore la quatorzième place absolue, la 8ème en LMP2, de l'Oreca Richard Mille de Sébastien Ogier qui a "jardiné" à deux reprises, Charles Milesi et Lilou Wadoux et le 29ème rang, 9ème en GTE-Am de notre compatriote Jan Heylen qui effectivement n'a rien pu faire vu le temps perdu par ses équipiers Fred Poordad et Patrick Lindsey sur la seconde Porsche Proton.