Les futures DPi 2.0 feront cause commune avec les Hypercars au sommet de l'endurance.

Soyons francs : la future réglementation Hypercar censée remplacer le LMP1 est loin de rencontrer l'intérêt escompté. Seuls Toyota, Aston Martin et Peugeot ont annoncé une présence dans cette catégorie. Afin d'étoffer la catégorie-reine du Championnat du Monde d'Endurance à l'horizon 2021 tout en renouvelant les têtes d'affiches du WeatherTech SportsCars Championship à partir de janvier 2022, l'ACO et l'IMSA ont donc décidé d'unir leurs forces en lançant la réglementation LMDh qui sera admise dans les deux championnats.

La catégorie reprendra la recette qui a fait le succès du DPi. La base châssis devra provenir d'un des quatre constructeurs LMP2, à savoir Oreca, Onroak, Multimatic et Dallara. L'esthétique pourra être modifiée afin de faire référence à la marque motorisant le prototype. La principale différence sera l'ajout d'un KERS commun sur l'essieu arrière. Une Balance de Performances sera appliquée pour équilibrer au maximum les chances avec les Hypercars.

"Le grand vainqueur aujourd’hui est l’Endurance puisqu’une nouvelle opportunité est désormais offerte aux concurrents de courir au plus haut niveau de compétition, de part et d’autre de l’Atlantique, avec la même voiture", commente Gérard Neveu, directeur du WEC. "Les deux entités, ACO et IMSA, peuvent être félicitées pour leur vision et leur esprit d’équipe. Voir Le Mans Hypercars et LMDh s’aligner ensemble au Mans comme à Daytona sera une perspective incroyablement excitante pour tous les fans de l’Endurance à travers le monde."