Le champion du monde Ott Tanak a assuré jusqu'au bout son rôle de grand favori de son Rallye d'Estonie pour la reprise du WRC. L'Estonien a remporté chez lui un émotionnel treizième succès mondial, son premier pour Hyundai assurant le doublé avec Craig Breen, deuxième à 22 secondes.

« C'est incroyable, je suis très heureux, » a déclaré le héros local après être monté sur le toit de son i20 WRC sans son masque remis juste après pour l'interview. « L'équipe n'est pas resté dans son fauteuil durant ce long break. Ils ont bien bossé. Bravo les gars, continuez comme cela on va y arriver. »

Sous-entendu, je vais essayer de garder mon titre mondial a voulu dire le champion remonté au 3e rang du classement du championnat du monde à quatre points d'Elfyn Evans et treize seulement de Seb Ogier. Vingt-quatre devant son équipier Thierry Neuville désormais cinquième...

« J'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en montant sur le podium, » a déclaré pour sa part le premier pillte Toyota Seb Ogier, seulement quatrième de la Power Stage. « Dans ce championnat avec seulement sept manches, il va falloir être régulier. Je savais qu''Ott sera invincible ici. Bravo à lui. »

Sans une crevaison et une pénalité d'une minute pour avoir retiré la protection de son radiateur dans une zone de départ (ce qui est interdit), le jeune pilote de 19 ans à peine Kalle Rovanpera serait monté sur le podium et aurait mis jusqu'au bout Tanak sous pression. Le Finlandais a dû se contenter cette fois du 5e rang et a empoché les cinq points bonus en signant le scratch dans la Power Stage devant son équipier Elfyn Evans, deuxième de la Power Stage et ne concédant au final qu'un point à Seb Ogier, son retard passant de 8 à 9 unités.

Une Power Stage où Thierry Neuville espérait limiter les dégâts après sa faute éliminatoire de la veille. Hélas, alors qu'il avait pourtant roulé au ralenti durant les cinq spéciales précédentes pour économiser ses pneumatiques, le Belge, vraiment maudit, a connu un problème mécanique dans la zone de départ ce qui le fait rentrer complètement bredouille pour la deuxième fois consécutive après le Mexique. Avec 37 unités de retard sur Ogier désormais avec encore un maximum de nonante à distribuer lors des trois prochaines manches, ses chances de décrocher cette année sa première couronne mondiale ne sont plus que mathématiques car il faudrait compter sur pas mal de circonstances favorables. Même si en rallye tout est toujours possible et si la saison se clôturera chez lui à Ypres et Francorchamps, il est difficile d'encore y croire de manière réaliste.

« Ce n'était vraiment pas mon week-end, » pestait Thierry à l'arrivée. « On ne méritait pas cela. Cela ne pourra qu'aller mieux la prochaine fois. Maintenant, on n'a pas le choix. On doit gagner en Turquie. »

On notera encore la brillante victoire en WRC3 du tout jeune Oliver Solberg (18 ans), 9eme au classement général sur sa VW Polo, 38.7 devant le vainqueur du WRC2 Mads Ostberg sur sa Citroën C3 R5.

Bonne prestation en R5 d'Adrien Fourmaux copiloté par notre compatriote Renaud Jamoul, 5e des voitures R5.

Grégoire Munster a perdu quelques places aujourd'hui avec un cardan cassé à la réception d'un jump artificiel, mais a néanmoins rejoint l'arrivée et acquis encore pas mal d'expérience tout en signant quelques chronos très corrects sur sa Hyundai i20 R5 de chez BMA.