Thierry Neuville n’a plus son sort en mains

Le pilote Hyundai compte déjà 65 points de retard au championnat sur Kalle Rovanpera.

Thierry Neuville n’a plus son sort en mains
©Hyundai Motorsport / Fabien Dufo

Démarrant ce jeudi soir par une spéciale show du côté de Tartu, le Rallye d’Estonie, septième manche du championnat du monde, marquera le cap de la mi-saison en WRC. Et alors qu’il reste encore sept manches à disputer (pour autant que la finale du Japon ne doive pas à nouveau être annulée suite à une énième vague Covid), Kalle Rovanpera compte déjà soixante-cinq points d’avance sur son plus proche poursuivant, Thierry Neuville.

En pleine confiance, le pilote Toyota a décroché quatre victoires sur les cinq dernières courses contre toujours aucune cette année à notre compatriote. Le seul concurrent régulier du WRC 2022 à avoir réussi à devancer le Finlandais une fois cette année est Ott Tanak au Rallye de Sardaigne.

L’Estonien, qui a offert ainsi à la fragile Hyundai Rally 1 son premier succès, évoluera ce week-end sur ses terres. Une épreuve à domicile qu’il avait remportée dès sa première apparition en Mondial il y a deux ans, mais où il avait dû abandonner prématurément l’an dernier suite à une double crevaison.

Considérée comme l’épreuve la plus rapide de l’année, la joute estonienne est appréciée aussi par Thierry Neuville.

Il y a douze mois, le Belge y était monté sur le podium. Ce sera bien entendu encore son objectif dimanche. Pour cela, il faudra surtout éviter que sa mécanique s’enraye encore.

Avant d’effectuer une démonstration à Zolder samedi dernier où il a eu l’occasion aussi de tester la Hyundai Elantra 100 % électrique, Neuville a participé à une réunion secrète à Francfort avec Ott Tanak et les dirigeants coréens de la marque.

Objectif : discuter de ce qui ne tourne pas rond dans le team et du besoin d’urgence d’un vrai leader comme l’était le fantasque Andrea Adamo, jamais réellement remplacé depuis son éviction fin de la saison dernière.

Car, malgré les défaites à répétition, Hyundai a prolongé de trois ans son bail en WRC. Et souhaite redresser vite la barre afin de pouvoir rivaliser à la régulière avec Toyota, Ford marquant aussi le pas après un début de saison prometteur au Monte-Carlo. Là aussi il manque un vrai leader, mais plutôt du côté des pilotes…

En attendant, notre quintuple vice-champion du monde a déjà presque fait une croix sur le titre 2022. Certes, il reste encore sept courses et un total de 210 points à récolter. Mais l’avance de plus de deux cartons pleins de Rovanpera est conséquente. Il faudrait qu’il sorte lors de ses prochains rallyes de prédilections, chez lui en Estonie et en Finlande, pour que la couronne ne soit pas d’office finlandaise.

Notre représentant n’y croit plus. Il serait déjà très heureux de pouvoir conserver son titre belge à Ypres et éventuellement d’en gagner une autre. Ce week-end, face à Tanak et Rovanpera, ce sera dur.

Car même s’il remportait les sept dernières manches et les sept Power Stage, Rovanpera pourrait se contenter sept fois d’être deuxième. Le Belge n’a donc clairement plus son sort entre les mains.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be