WRC Ypres: Julien Moncet boss intérimaire de Hyundai: "C'est dur mentalement de ne pas savoir ce que je ferai lundi"

Entretien avec le remplaçant au pied levé d'Andrea Adamo: "On a terminé les voitures dans le camion avant le Monte-Carlo"

Fils de l'ancien réputé journaliste F1 de TF1 et Auto-Moto Jean-Louis, Julien Moncet a été nommé "directeur intérimaire" de Hyundai à la veille du Monte-Carlo en janvier dernier. "Je serai bientôt au Guinness book comme le plus long intérimaire de l'histoire à la tête d'une boîte comme Hyundai Motorsport."

Un rôle que le Français assume même si cela ne lui plait pas vraiment: "Ce n'est pas mon choix ni ma volonté d'être à ce poste et surtout de devoir cumuler mon job d'ingénieur responsable du département moteur avec celui de directeur de l'équipe. C'est dur mentalement de ne pas savoir ce que vous allez faire lundi. D'être dans l'attente. De subir les critiques. D'entendre dire que Hyundai a besoin d'un vrai patron. Ce n'est pas de ma faute. J'aimerais vraiment qu'ils prennent une décision une fois pour toutes en haut lieu mais ce n'est pas de mon ressort..."

Du coup, difficile d'avoir une autorité légitime. Un peu comme le prof remplaçant à l'école. Comment accepter par exemple les critiques répétées de Thierry Neuville plus tôt dans la saison et d'Ott Tanak durant trois jours alors qu'il menait la Finlande?

"Les commentaires négatifs à chaud d'Ott n'ont fait plaisir à personne, ni au management, ni aux mécaniciens. On essaye de solutionner cela en discutant avec son management."

Cela signifie-t-il que l'Estonien va quitter l'équipe ?

"C'est vous qui dite cela." Mais il est en fin de bail, non? "Je ne souhaite pas discuter de cela. Je peux juste vous dire que pour l'instant on a toujours un contrat avec Ott et on souhaite le garder."

Vous venez de gagner en Finlande, pas mal pour une voiture qu'on dit mal née et mauvaise ?

Elle n'est ni mal née ni mauvaise. C'est juste qu'elle est née avec pas mal de retard sur nos concurrents. Et il est difficile de le rattraper. Avant le Monte-Carlo, les voitures ont été terminées dans le camion les menant là-bas. C'était un exploit d'avoir trois WRC1 au départ de la saison. Je trouve cela pas mal du coup d'avoir gagné sur un terrain où Toyota est très fort et où nous n'avions jamais brillé depuis nos débuts en 2014. Maintenant, on sait que notre auto est encore perfectible, qu'il nous reste du travail. Nous ne sommes pas les favoris sur papier, mais on est capables de gagner. On doit plus croire en nous. Cela fait deux rallyes que l'on a plus rencontré de soucis. On peut désormais travailler sur la performance. Et puis surtout ici à Ypres on va pouvoir compter sur le local Thierry Neuville impérial chez lui l'an dernier."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be