WRC Monte Carlo 2ème étape: Seb Ogier solide leader, Thierry Neuville sur le podium

Le champion Kalle Rovanpera deuxième à 36 secondes de son illustre équipier, moins de deux secondes devant la Hyundai du Belge

Les Toyota restent invaincues sur ce Monte-Carlo. Après les six meilleurs temps du leader Sébastien Ogier et le scratch d'Elfyn Evans, c'est Kalle Rovanpera qui a signé la meilleure performance dans l'ultime spéciale du jour où Takamoto Katsuta se classait 3e. Pas de doute, les Yaris WRC1 n'ont pas perdu de leur compétitivité durant l'hiver. Que du contraire.

Sébastien Loeb mène avec 36 secondes d'avance et semble bien parti pour accrocher un 9e succès monégasque à son palmarès. D'autant que les conditions ne sont pas hivernales du tout ce qui limite les risques de retournement de situation.

"Mais pas nécessairement les crevaisons," s'exclame Seb Ogier. "Mon équipier Elfyn en a été victime lors du premier passage dans Entrevaux donc je me suis montré relativement prudent lors de la seconde boucle. La journée a été bonne. On est heureux de ramener l'auto à la maison sans souci cet après-midi."

En bataille pour le premier accessit avec le champion en titre Kalle Rovanpera, Thierry Neuville est troisième à 1.9 du Finlandais. "J'ai tout essayé, en vain. Même à pneus égaux, on ne parvient pas à égaler les chronos des Toyota."

Quatrième à 54.2 déjà de la tête, Ott Tanak voit le podium s'éloigner. "La Puma manque un peu de vitesse en ce moment. On va voir comment on peut améliorer cela."

L'Estonien précède néanmoins toujours de 8.1 un Elfyn Evans ne cachant pas sa déception.

Plus loin, les deux Hyundai de Dani Sordo et Esapekka Lappi ne sont clairement pas dans le coup. Elles sont séparées par la quatrième Toy du Japonais Takamoto Katsuta regrettant sa mauvaise soirée de la veille. Un groupe au sein duquel se battait Pierre-Louis Loubet et Nicolas Gilsoul jusqu'au bris de leur direction assistée dans l'ES5. Le pilote Ford a néanmoins réussi à ramener sa Puma à Monaco à la force des bras et de son courage. Il accuse désormais un retard de 11.33.8.

ES7: Et de six pour Seb Ogier, Evans revient dans le sillage de Tanak

L'avant-dernière spéciale du jour voit Sébastien Ogier signer un nouveau scratch, le sixième en sept spéciales. Le pilote Toyota accroit encore son avance en tête du rallye qui est désormais de 39.1 sur Kalle Rovanpera qui offre dans ce tronçon un nouveau triplé à Toyota. Le Finlandais reprend encore deux petits dixièmes à Thierry Neuville: "Honnêtement, je fais le maximum. Je ne peux pas aller plus vite," avoue le Belge.

Le pilote Hyundai doit garder en même temps un oeil dans son rétroviseur. Car si Ott Tanak ne semble pas actuellement en mesure de le remonter, Elfyn Evans n'est déjà plus qu'à 16 secondes derrière.

Plus loin, Pierre-Louis Loubet poursuit sa route avec la force du désespoir. Le Corse perd encore 3'44 avec sa direction assistée cassée, mais il est toujours dans la course. "Allez plus qu'une," lâche-t-il à l'arrivée, exténué mais bien décidé à rentrer à bon port. Son équipier Nicolas Gilsoul l'encourage régulièrement et l'aide en tirant le frein-à-main dans les épingles.

ES6: Le scratch pour Evans, Neuville perd sa 2e place

Après sa crevaison dans la spéciale précédente le renvoyant au 5e rang, Elfyn Evans est reparti le couteau entre les dents et signe son premier scratch une demie seconde devant son équipier Sébastien Ogier qui assure déjà, notamment en embarquant cette fois deux roues de secours. "Avec l'avance que j'ai, il n'y a plus lieu de prendre des risques," confie l'octuple champion du monde ayant récupéré le "boost" de son système hybride et possédant désormais 36 secondes d'avance sur Kalle Rovanpera. Le Finlandais assure un nouveau triplé pour les Yaris et récupère la 2e place au classement général quatre dixièmes devant la Hyundai de Thierry Neuville. "Il est difficile d'aller plus vite pour le moment. Je fais ce que je peux, " admet le Belge.

Ott Tanak, quatrième à 44.1 et donc huit secondes de la 2e place, peut tenir le même discours. L'Estonien ne compte plus que 10.1 d'avance sur Elfyn Evans en pleine remontée.

Dani Sordo et Esapekka Lappi sont toujours assez loin au point qu'on peut se demander si Hyundai n'a pas fait une erreur de casting en nominant l'Espagnol qui n'a plus roulé ici depuis quelques années à la place de l'Irlandais Craig Breen.

Pierre-Louis Loubet et Nicolas Gilsoul, victimes d'un bris de direction assistée ayant entraîné leur touchette dans la spéciale précédente poursuivent leur calvaire avec pour unique ambition de ramener leur Puma à l'assistance sur le port de Monaco ce soir. La pénalité forfaitaire pour avoir loupé trois spéciales aurait été de trente minutes. Or ici ils vont théoriquement perdre beaucoup moins. Leur retard sur cette 6ème spéciale s'élève à 2'35.9. Plus que deux...

ES5: Crevaison pour Evans, Neuville 2e

Les événements malheureux se sont enchaînés sur cette cinquième spéciale entre Briançonnet et Entrevaux, la dernière de la boucle. On a d'abord vu Kalle Rovanpera taper à l'arrière droit lors du premier freinage, surpris par le manque de grip dans cette portion nouvelle. Le Finlandais s'en est heureusement sorti a bon compte, aucun élément vital de sa Yaris n'étant touché. Il signe d'ailleurs le deuxième chrono à 1.3 de son équipier Sébastien Ogier toujours invaincu sur ce rallye et ce sans le boost du système hybride soit 80 chevaux en moins depuis la spéciale précédente.

Cela s'est nettement moins bien passé pour Elfyn Evans qui a crevé à l'arrière droit et perdu 42 secondes. Le Gallois chute au 5e rang au classement général à 54.7. Ce qui propulse Thierry Neuville en deuxième position (à 32.7), la première des pilotes disputant le championnat. "Les pneus super tendres surchauffent après 2 km. Mais j'ai mangé mon pain noir en effectuant la boucle avec seulement deux tendres. Il faut les économiser car on en aura pas assez. Ma situation n'est pas la meilleure mais pas la pire en termes de gestion de notre quota de 20 pneus..."

Kalle Rovanpera remonte à la troisième place du classement général à 34.5, un peu moins de six secondes devant la Ford de Ott Tanak terminant la boucle avec des gommes à l'agonie. C'est bien pire pour son équipier Pierre-Louis Loubet. Victime d'une touchette sur un freinage, le Corse épaulé par Nicolas Gilsoul a cassé sa direction assistée et perdu 1'30. Vu qu'il n'y a pas d'assistance ce midi, on ignore s'il va pouvoir effectuer une réparation ou s'il va devoir sortir les gros bras et souffrir toute l'après-midi en jouant au camionneur...

ES4: Ogier quatre à quatre, Neuville remonte sur le podium

Et de quatre pour Sébastien Ogier qui dit pourtant connaître un souci: "J'attaque beaucoup pour compenser," affirme le pilote Yaris devançant néanmoins encore son équipier gallois de 2.1 sur les 19,8 km entre Puget-Théniers et Saint-Antonin. Thierry Neuville, impuissant, doit encore concéder 4.9.

"Je suis plus à l'aise sur un tracé technique comme ici," explique le pilote Hyundai. "Dès que c'est rapide et bosselé je suis obligé de lâcher un peu car l'auto est nerveuse et je ne veux pas risquer de la perdre."

Très bon quatrième chrono de Katsuta qui avait le premier meilleur intermédiaire mais a été ralenti par une alarme. Fausse alerte apparemment tout comme pour Pierre-Louis Loubet huitième sur cette ES4. "J'étais bien parti mais j'ai eu une alerte sur mon tableau de bord me disant qu'un pneu perdait de l'air. J'ai donc levé le pied sur la fin, mais il n'y avait rien en fait."

En WRC2, c'est Oliver Solberg qui part plus loin (les WRC2 sont reparties par ordre du classement de hier soir où il avait crevé) qui avait signé le meilleur temps finalement dans l'ES3, 3.9 devant Yohan Rossel. On attend donc toujours son chrono dans l'ES4 pour l'instant emmenée par le Russe Nikolay Gryazin.

ES3: Triplé Toyota devant Neuville

Les Toyota Yaris WRC1 continuent à afficher leur supériorité en ce début de rallye Monte-Carlo. Sur les 18 km de l'ES3 Roure Roubion Beuil, Sébastien Ogier signe son troisième meilleur temps consécutif avec 3.2 d'avance sur Elfyn Evans et 6.1 sur Kalle Rovanpera. Premier non Yaris, Thierry Neuville est repoussé à 7.8.

Outre des choix de pneus un peu différents (mix entre tendres et ultra tendres), le Gapençais a fait une partie de la différence en étant le seul à n'emporter qu'un seul pneu de réserve, soit 23 kg en moins. Un gros risque pour un pilote qui a multiplié les crevaisons l'an dernier et avait perdu la course ici avec un pneu plat. Mais ne jouant pas le championnat, le Français peut se permettre de jouer le tout ou rien. Seule une neuvième victoire l'intéresse.

"On n'a de toute manière pas assez de pneus tendres et ultra tendres (20 en tout) donc à quoi bon en transporter avec nous," sourit le leader de l'épreuve portant déjà son avance à 9.2 sur le Gallois. Le champion du monde Kalle Rovanpera est repoussé à 23.2 un dixième devant Thierry Neuville qui était bien parti mais a perdu pas mal de temps dans la portion rapide en descente.

"L'auto sous-vire un peu et je ne voulais pas risquer de me faire surprendre. On a opté pour des choix de gommes différentes. On fera le bilan à la fin de la boucle," commente le pilote Hyundai qui voit déjà ses espoirs de second succès monégasque s'éloigner.

WRC Monte-Carlo: les résultats

Munster a seulement quatre dixièmes de Fourmaux en WRC2

Derrière, Ott Tanak perd deux places sans disputer une mauvaise spéciale: "C'est le mieux que l'on peut faire pour le moment," déclare l'Estonien de la Ford Puma ne devançant sur ce tronçon son expérimenté équipier Pierre-Louis Loubet que de deux dixièmes. Le Corse épaulé par le Belge Nicolas Gilsoul conserve sa septième place absolue mais revient à 3.6 d'un Dani Sordo clairement pas dans un bon rythme. C'est pire encore pour Esapekka Lappi qui découvre la Hyundai et n'a eu droit qu'à une journée d'essais sur l'asphalte. "Je freine beaucoup trop dans les virages, je ralentis trop l'auto. Je dois remédier à cela," avoue le Finlandais.

En WRC2, meilleur temps pour Yohan Rossel (C3) qui reprend à peine 7 dixièmes au leader Nikolay Gryazin. Adrien Fourmaux sur la première Ford perd 12.2 et ne pointe que quatre dixièmes devant son équipier belge Grégoire Munster qui entame sa remontée.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be