Triplé pour les VW Polo. Le vainqueur irlandais pourrait toutefois perdre son succès pour un ravitaillement sur le parcours autorisé par la direction de course !

Une fois n'est pas coutume, le Rallye d'Ypres n'aura guère été palpitant pour le podium final. C'était pourtant bien parti, avec trois scratches de Kevin Abbring, le Néerlandais surprenant Craig Breen à froid même si la formule est osée quand on sait la chaleur que les concurrents ont dû affronter durant deux jours.

Mais dès la quatrième spéciale, le vainqueur 2007, de retour sur une Polo de l'équipe DG Sport commettait une petite erreur en manquant un carrefour. Puis deux spéciales plus tard, il était victime d'une crevaison lui coûtant dix-sept secondes. Le duel attendu n'aurait donc pas lieu. Breen s'envolait vers la victoire, sa première dans la Cité des Chats, et sa deuxième en Belgique après le Condroz 2016.

"La VW est vraiment une R5 formidable. L'équipe BMA est top. Cela a vraiment été un plaisir durant trois jours ici, " a déclaré après l'arrivée le futur équipier de Thierry Neuville en WRC lors du prochain Rallye de Finlande. "Après l'annonce de ma nomination par Hyundai Motorsport mardi, ma victoire ici et dès samedi prochain j'effectuerai mes premiers tests en Finlande au volant de la i20 WRC. Tout se passe bien pour moi pour l'instant. Pourvu que cela continue..."

Il n'était toutefois pas certain que l'Irlandais puisse fêter longtemps un succès qu'il risquait de perdre sur tapis vert. Suite à une erreur visiblement d'un responsable du ravitaillement (mais c'est au copilote de vérifier que le nombre de litres demandés est effectivement bien versé dans le réservoir lors du « refueling »), la direction de course a autorisé Craig Breen à être ravitaillé (un appoint de 5 litres, soit une très faible marge d'erreur tentant à prouver que les 28 litres demandés par le pilote constituaient aussi une faute) au bord de la route à l'issue de la 18e spéciale. Sans cela, il tombait en panne. La manoeuvre a été faite sous le regard de nombreux témoins et ne peut être contestée. Or c'est formellement interdit par le règlement. Les commissaires sportifs accepteront-ils la dérogation accordée par la direction de course ?

De retour après neuf mois d'absence en rallye, Kevin Abbring a prouvé qu'il restait une référence en signant tout de même onze meilleurs temps contre neuf au lauréat.

Kris Princen n'aura jamais été en mesure d'inscrire pour la deuxième fois son nom au palmarès. Le champion n'a toutefois jamais pointé très loin des deux pointures mondiales et n'a donc pas à rougir de sa 3e place sur un podium 100% Volkswagen.

Pas de doute, la Polo est bien la nouvelle référence et il est urgent que les clients Skoda puisse disposer de la nouvelle Fabia développée et alignée par l'usine. Il y aura alors sans doute à nouveau match.

Coupable d'une faute lors du shake down l'obligeant à s'élancer très loin puis d'une crevaison dans l'ES5 lors de laquelle il a perdu plus d'une minute , Vincent Verschueren (un meilleur temps) était remonté jusqu'au 4e rang avant de renoncer sur bris de boîte de vitesses. Il est en outre le seul pilote non

Cette quatrième place a longtemps été détenue par l'espoir Sébastien Bédoret. Mais le pilote Skoda s'est fait piéger dans l'ES17 et a terminé sa course sur le toit après une spectaculaire cabriole. Le professeur Freddy Loix, quatrième avec lui aussi une crevaison, a donc au final mieux terminé que son élève. Venu pour se faire plaisir et régaler son équipier Pieter Tsjoen, toujours autant amateur de sensations fortes, " Fast Freddy"n'a, comme il l'avait prédit, pas été en mesure de jouer un rôle en vue. Mais à 49 ans, le recordman du nombre de victoires n'a toutefois pas été ridicule. Loin de là.

Derrière ces quatre-là, les Britanniques sont tombés les uns après les autres offrant la cinquième place au régional Davy Vanneste sur la seconde Polo DG Sport, soit quatre VW dans le Top 5.

A cette place samedi matin, Kevin Demaerschalk est hélas lui aussi sorti de la route. S'il a pu repartir, le pilote Citroën a toutefois perdu plus de huit minutes et tout espoir de bien figurer. Il se consolera en signant les trois derniers scratches.

On finira par signaler la victoire logique en Ypres Rally Masters de Thierry Neuville dont la démonstration de pilotage aux commandes de sa Hyundai i20 WRC aura ravi un public très nombreux pour venir voir passer notre ambassadeur mondial. Il pourra donc dire qu'il a gagné Ypres deux fois d'affilée. Pour l'anecdote, le Saint-Vithois s'est imposé avec plus de huit minutes et demie sur l'Escort Cosworth de Paul Lietar, tandis que Bruno Thiry sur petite Corsa remise aux couleurs de l'Opel Team Belgium a terminé quatrième... sur quatre. Mais il s'est bien amusé et a fait lui aussi plaisir aux supporters. C'est bien là le principal...