Le Finlandais avait à peine 29 ans lorsqu'il nous a quittés le 2 mai 1986 en Corse.

Si tous les passionnés de sport auto de plus de 40 ans se souviennent bien sûr de ce funeste 1er mai 1994 à Imola et de la disparition du dieu brésilien Ayrton Senna, les anciens fans de rallyes n'ont pas oublié non plus la date du 2 mai, avec l'accident qui a coûté la vie, lors du Tour de Corse 1986, à Henri Toivonen et son équipier Sergio Cresto.

Surnommé le "Petit Prince", le jeune Finlandais était un surdoué, un des meilleurs pilotes de sa génération appelé à succéder aux Mikkola, Vatanen, Salonen ou Kankkunen.

Vainqueur de son premier RAC en 1980 au volant d'une Talbot Lotus alors qu'il avait à peine 23 ans, le souriant Henri avait ravi les supporters belges en remportant le sommet européen de Ypres en 1984 aux commandes d'une Porsche aux couleurs Rothmans. Cet équilibriste avait été enrôlé ensuite par l'usine Lancia, d'abord avec la 037. Il s'imposa dès sa première participation au volant de la monstrueuse Delta S4 au RAC Rally 1985.

Dans la foulée, il remportait le Monte-Carlo, manche d'ouverture du championnat 1986. S'enchaînait un abandon en Suède puis un retrait volontaire au Portugal où tous les pilotes d'usine décidaient de ne pas repartir suite à l'accident mortel du Portugais Santos sorti dans la foule avec sa Ford RS200 et tuant deux spectateurs.

En Corse, malgré une grippe et un mal au dos consécutif à une sortie de route l'année d'avant, Henri menait l'épreuve avant de sortir de la route de manière inexpliquée dans un gauche se resserrant au bout d'une courte ligne droite. Son frère Harry a évoqué l'hypothèse d'un accélérateur bloqué, incident qui s'était déjà produit auparavant sur cette voiture.

La physionomie du parcours et surtout la structure des dangereuses Groupe B de l'époque (elles furent interdites en fin d'année suite à de trop nombreux accidents) n'ont laissé aucune chance au malheureux équipage. La Lancia est tombée quelques mètres en contrebas dans le maquis, retenue par les arbres, et s'est instantanément embrasée. Des images effrayantes. Le pilote et son équipier sont morts prisonniers des flammes. Il a fallu plusieurs heures aux secours pour remonter sur la route une épave complètement calcinée.

Un an après Attilio Bettega, décédé sur l'île de Beauté un an auparavant après que sa Lancia 037 soit tombée dans un ravin, la grande famille du rallye perdait son plus grand espoir. Il avait 29 ans à peine et était père de deux enfants.

© D.R.

© Lancia Martini