En raison de l'annulation du Rallye d'Australie suite aux nombreux incendies ravageant la région, la fin de saison du WRC a été anticipée...

La FIA a sans doute un peu poussé les organisateurs à prendre la décision s'imposant vu les circonstances exceptionnelles et catastrophiques. Après avoir songé un instant à mettre sur pied une sorte de rallysprint ridicule (94 km au lieu des 320 prévus) indigne d'une manche du WRC, les dirigeants du Rallye d'Australie ont pris la sage décision de purement et simplement annuler la dernière manche du Mondial. Celle-ci devait se disputer de jeudi à dimanche dans un état de Nouvelle Galles du Sud où l'état d'urgence a été déclenché en raison de feux de brousse ayant déjà fait plusieurs morts et mobilisant des milliers de pompiers. Dans ce contexte, difficile de maintenir un événement sportif. Cela aurait été non seulement indécent, mais aussi très difficile au niveau de la sécurité. Cette annulation est donc indiscutable.

Elle implique du coup que Hyundai décroche son premier titre de champion du monde des constructeurs. Le fruit de six années d'efforts et d'implication toujours plus forte en WRC. Andrea Adamo, remplaçant de Michel Nandan en début d'année à la tête de Hyundai Motorsport, a atteint l'une de ses missions. La marque coréenne disposait avant la dernière joute de dix-huit unités d'avance sur les doubles champions de Toyota payant chèrement l'irrégularité et les trop nombreuses erreurs de Kris Meeke et Jari-Matti Latvala. Les Japonais se consoleront en exploitant le titre des pilotes d'Ott Tanak filant chez... Hyundai !

L'annulation du Rallye d'Australie signifie aussi que Thierry Neuville décroche son 5e titre de vice-champion du monde après ceux déjà décrochés en 2013, 2016, 2017 et 2018. Un nouveau record qu'il est désormais le seul à détenir.

Pour la première fois, notre compatriote devance Sébastien Ogier qui, aux dernières nouvelles (de Galles du Sud), ne casserait finalement pas son contrat avec Citroën Racing (n'en déplaise à madame) et disputerait bien en 2020 sa dernière saison en WRC au volant d'une C3 évoluée. A confirmer cette semaine...

A noter également que du coup, le jeune Français de 22 ans Pierre-Louis Loubet est sacré champion du monde WRC2.

Même s'il se termine, hélas, en queue de poisson en Australie où les concurrents du Mondial ne retourneront pas l'an prochain (cette épreuve est remplacée par le retour de la Nouvelle-Zélande), le WRC 2019 nous aura encore fait vibrer. Bravo et merci à tous ses acteurs que l'on retrouvera dès janvier sur les spéciales du Monte-Carlo.

Félicitations également à la paire Thierry Neuville – Nicolas Gilsoul qui, même si elle n'a une fois encore pas atteint son objectif, n'a pas été volée. Le duo Tanak-Toyota était bien le plus fort en 2019. Nos compatriotes ont toutefois brillé à plusieurs reprises remportant notamment trois victoires.

L'an prochain, ils n'auront plus d'excuses puisqu'ils affronteront cette fois leur rival estonien à armes égales. Et que Toyota, si Seb Ogier ne les rejoint pas, risque d'être déforcée. On a déjà hâte d'être dans deux mois et demi pour le coup d'envoi de la saison 2020 !