WRC

Sa troisième amende en moins d'un an pour un total de 7725 euros

Décidément, le Rallye de Sardaigne ne lui aura pas souri jusqu'au bout. Après que sa Hyundai ait connu quelques soucis pour redémarrer à l'issue de la dernière spéciale, notre équipage a dû rouler vite sur la liaison pour récupérer le temps perdu et pointer à l'heure au parc d'assistance afin de ne pas écoper de pénalités routières.

Mais il ne suffit plus désormais, comme à l'époque, de faire juste attention aux radars ou à la maréchaussée. Toutes les WRC sont équipées de système GPS permettant à l'organisateur de savoir en permanence où elles se situent et la vitesse à laquelle elles roulent.

Ainsi, après avoir rangé sa voiture dans le parc d'arrivée, Thierry a été convoqué par les commissaires sportifs qui, se prenant pour des gendarmes, lui ont infligé une amende salée de 1225 euros pour avoir roulé à 139 km/h dans une zone limitée à 90 km. C'est le cadeau d'anniversaire de la FIA pour ses 31 ans. Et si cela avait été encore quelques km/h de plus, ils faisaient quoi ? Ils lui retiraient sa licence ? La haute technologie commence vraiment à nous jouer des mauvais tours...

On doit désormais considérer les liaisons comme la pitlane en F1. Et la FIA est mieux équipée que la police pour pouvoir sanctionner les pilotes.

C'est la troisième amende en moins de douze mois en WRC pour le pilote belge qui avait déjà écopé d'une « prune » de 1500 euros pour avoir effectué des donuts à l'arrivée pour fêter sa victoire en Argentine (là c'est carrément nul) et de 4000 euros (!) en Finlande l'an dernier pour avoir pris une photo d'un paysage en liaison qu'il avait posté sur les réseaux sociaux. Il avait alors été dénoncé par le membre d'un autre team. Esprit du rallye, es-tu encore là ?

Heureusement, dans la majorité des cas (comme hier), l'amende passe dans les "frais généraux" des teams et l'ensemble des amendes perçues par la FIA durant l'année est généralement reversée à une bonne oeuvre.

© D.R.