C'est triste bien sûr, mais en même temps c'était assez prévisible. Ici il n'est pas question d'argent ni d'incompatibilité d'humeur comme dans le divorce Neuville-Gilsoul. Les deux amis s'entendent toujours comme larrons en foire et se veulent toujours le plus grand bien.

Les Anglais de chez Prodrive ont invoqué «trop d'erreurs de navigation. » Mais le problème n'est pas là. Elena est un très bon navigateur. Le hic, et cela ne date pas d'hier, c'est que Danos-le-bon-vivant que tout le monde adore, Danos-le-pitre n'a plus la même motivation qu'à l'époque des ses neuf titres mondiaux. Et, à 48 ans, on ne peut pas lui en vouloir. Devenu jeune papa, il n'avait plus envie de passer des heures devant les images des caméras embarquées en rentrant à l'hôtel après un rallye comme le font tous les autres. Et au Dakar, s'il était toujours bon une fois assis dans le baquet (quand son buggy ne cassait pas !), il ne mettait visiblement plus le même entrain que certains autres à préparer l'étape du lendemain. Il a aussi une grande « g... » que l'on aime tant, mais qui parfois pouvait commencer à déranger (cela passe généralement moins à fond quand tu ne gagnes plus) et quelques kilos superflus pouvant jouer sur sa condition physique.

Seb Loeb en est bien conscient. Avec son statut, il aurait certainement pu s'opposer à cette séparation « imposée par le team ».

Après le mariage que l'on croyait éternel entre Loeb et Citroën, cette fois c'est un des couples les plus mythiques de l'histoire du rallye qui se sépare, « contraint forcé », en vue de l'arrivée. C'est dommage pour Daniel Elena, non seulement un des plus grands équipiers de l'histoire du rallye, le plus titré, mais aussi une personnalité très attachante. Cette mise à pied n'enlèvera rien à tout ce qu'il a fait et, la déception digérée aussi vite qu'un bon pastis, il pourra se concentrer sur la pétanque et regarder avec fierté dans son rétro tout en continuant à faire marrer le monde entier avec ses petites vidéos.

De son côté, l'Alsacien sait déjà aujourd'hui qui remplacera son comparse de toujours dans le baquet de droite.

On a de suite songé à Nicolas Gilsoul, Francophone, connaissant bien Seb et sur le marché. Hélas, il ne sera visiblement pas l'heureux élu. « Je dois avouer que cela a été mon plan A pendant un petit temps, » nous a confié le Liégeois. « J'ai eu des contacts avec Seb, mais malheureusement ce ne sera pas moi. Le timing n'est pas bon. Je suis un mec de défi et je sais exactement ce que je veux faire, mais je n'ai encore aucune expérience en raid. »

Fabian Lurquin possède un excellent profil, mais ce ne sera pas lui non plus. Dès lors les pistes les plus sérieuses sont Alex Winocq, cinquième du dernier Dakar disputé au pied levé avec Nani Roma, ou peut-être Jean-Paul Cottret, l'ancien équipier de Stéphane Peterhansel. Une chose est certaine, on ne devrait plus tarder à savoir. « Je souhaite bon courage à mon ami Seb avec son nouveau copilote,» a déclaré un Daniel Elena amer dans une petite vidéo où il «dézingue» Prodrive: « Votre buggy est un oignon, pas conçu pour gagner le Dakar. Votre équipe est déstructurée. Vous n'écoutez pas et pensez tout savoir. La dernière fois que vous avez été champions du monde c'était en 2003 avec Petter Solberg. Depuis, il y a eu Loeb-Elena. Merci messieurs les Anglais d'avoir mis fin à 23 ans de complicité. Vous n'avez encore rien compris...»