Auteur d'un scratch dans l'ultime show, le Belge a profité de quatre abandons pour avoir une meilleure position de départ ce samedi

Impitoyable avec les mécaniques en raison de la chaleur, de l'altitude, mais aussi des pierres jonchant les chemins de terre, le Rallye du Mexique a tourné vendredi au cauchemar pour l'équipe Hyundai.
Après la crevaison lente dont a été victime Thierry Neuville dans la première spéciale, l'équipe coréenne a perdu coup sur coup Andreas Mikkelsen, leader de l'épreuve avant l'ES5, puis Dani Sordo, 2e à moins de cinq secondes d'Ogier avant le départ de l'ES7.
C'est également une pierre (sûrement noire) qui a causé l'abandon du Norvégien: "'J'attaquais pour garder la tête et je ne n'ai pu éviter une grosse pierre. Cela a causé d'abord une crevaison. Nous avons changé la roue en un temps record, mais 10 km plus loin c'est la suspension qui a cassé et nous a obligés à nous ranger sur le côté."

Et une heure plus tard, sur la liaison entre les ES6 et ES7, c'est Dani Sordo qui devait jeter le gant, victime de problèmes électriques. Le même type de souci causant l'arrêt avant les deux dernières spéciales shows de la Toyota de Jari-Matti Latvala.
Trois abandons conjugués à celui de Teemu Suninen, sorti dès l'ES2, permettant à Thierry Neuville de remonter au 6e rang et de s'élancer cinquième sur la route pour la longue étape de ce samedi. "Ce sera déjà nettement mieux. J'espère que nous serons épargnés et que nous pourrons encore remonter de quelques places."

Mais ce sera difficile. Le Belge pointe déjà à une minute de Sébastien Ogier bien parti pour signer un cinquième succès au Mexique, le premier au volant d'une Citroën. Elfyn Evans pointe actuellement au 2e rang à 14.8 du Français. Un écart ne cessant de croître. Très sage, Kris Meeke est sur le podium provisoire à 21.1. L'Irlandais a la Ford en point de mire, mais ne devrait pas pouvoir résister longtemps au retour de son équipier, le leader du Mondial Ott Tanak déjà quatrième à 37.1, deux secondes devant Esapekka Lappi.
Un Estonien signant le meilleur temps alors qu'il ouvrait la route dans la spéciale 7 de Las Minas. De quoi dégoûter Thierry Neuville: "Je suis très frustré effectivement en comparant mon chrono au sien. J'ai disputé une spéciale parfaite, je bénéficie logiquement d'une meilleure position, d'une route nettoyée, et il me bat encore. Je ne saurais pas aller plus vite dans ces conditions. Je ne suis pas du genre à baisser les bras, mais là je ne peux pas me battre. C'est décevant," pestait un Thierry Neuville risquant de perdre de gros points et la 2e place du championnat ce week-end au Mexique où la Hyundai confirme ses lacunes: manque de fiabilité de la voiture et de son second norvégien, mais aussi manque de performances comparé aux Toyota et aux Citroën, Elfyn Evans bénéficiant d'une position de départ avantageuse ne permettant pas de juger le niveau réel de la Ford. Mais il est clair que la Hyundai n'est pas encore au niveau de ses rivales. "Elle glisse beaucoup de l'arrière," constate Thierry. Une question d'empattement qu'il est évidemment impossible de changer. La Yaris et la C3 sont des WRC plus compactes. Reste à connaître l'influence de l'altitude sur les moteurs. La puissance des WRC coréennes est-elle un petit peu plus réduite que celle de ses rivales? Difficile à dire.

Attendons de voir ce que Thierry peut faire aujourd'hui avec une meilleure position de départ. Mais nous sommes sceptiques. Car vendredi, même avec un avantage par rapport à Ott Tanak, il a souffert et n'a jamais été en mesure de lui reprendre du temps. Alors que Seb Ogier, lui, parti juste derrière Thierry, a creusé de gros écarts.

Avoir changé de directeur sportif n'a pas suffi à rendre la Hyundai plus compétitive. Il va encore falloir attendre l'arrivée de réelles nouvelles évolutions pour pouvoir à nouveau se battre à la régulière pour la victoire. En attendant, Thierry, ne cachant plus sa déception et sa frustration, ne peut espérer que de limiter les dégâts au championnat...