WRC Ambiance tendue, dimanche, à l’arrivée du Rallye du Portugal où Sébastien Ogier a été la victime de plusieurs tactiques.

Il y a d’abord eu l’histoire des positions sur la route, Sébastien Loeb et Dani Sordo pointant volontairement en retard, samedi et dimanche matin, pour ne pas balayer la route pour Seb Ogier et s’intercaler entre le pilote français et son rival Thierry Neuville.

“C’est de bonne guerre. Cela fait partie du jeu et, comme l’a bien dit Thierry Neuville, j’ai aussi bénéficié de cette exploitation du règlement par le passé.”

Remonté sur le podium grâce à la sortie de route de Kris Meeke dans la dernière spéciale, le sextuple champion a de nouveau subi la stratégie d’un rival quand Ott Tanak a volontairement levé le pied en vue de l’arrivée de la Power Stage pour ne pas prendre les cinq points bonus et donc ne pas mener le championnat avant la Sardaigne.

“Il a perdu deux points pour me laisser ouvrir la route le vendredi en Italie.”

De son côté, Seb Ogier avoue n’avoir jamais songé à pointer en retard au dernier contrôle pour perdre une place et trois unités à son tour et ainsi rendre le leadership à l’Estonien.

“Tout point pris est précieux dans ce championnat”, a déclaré le pilote Citroën avant de lancer une sacrée polémique en conférence de presse : “Je n’accepte par contre pas que, selon de très bonnes sources, le grand Monsieur Adamo (NdlR : directeur sportif de Hyundai) ait demandé à Dani Sordo de s’arrêter en spéciale ce matin et de repartir devant Kris Meeke pour le mettre dans la poussière. Heureusement, Dani est un gentleman et a refusé d’obéir à cet ordre.”

Une accusation grave et claire d’anti-sportivité, en public, à laquelle le boss italien n’a pas tenu à réagir.

“Je ne veux pas entrer dans la polémique en commentant cela”, s’est-il contenté de déclarer.

Sans convaincre dès lors que les accusations de non-sportivité de Seb Ogier étaient totalement fausses…