Tanak assure, Loeb signe le dernier scratch et revient à cinq secondes d'Ogier.

Malgré des béquilles pour soulager une petite blessure au pied (quelques points de suture), Thierry Neuville n'a rien de cassé. Son équipier Nicolas Gilsoul non plus. Plus de peur que de mal donc pour nos compatriotes, toujours officiellement en tête du Championnat du Monde au moins jusqu’à l’arrivée de ce maudit Rallye du Chili, demain soir. « On était dans un bon rythme, sur un ciel en léger droite à fond on s'est montré un peu optimistes et on s'est fait aspirer un peu vers l'extérieur, » a expliqué notre compatriote au micro de la RTBF. « A 20 cm près cela passait. On a fait une belle cabriole, mais heureusement il n'y avait pas d'arbre. C'est ce qui peut faire le plus mal. Les WRC modernes sont très solides. Cela nous a sauvés aujourd'hui. Au final, on s'en sort bien. Cela ne risque pas de nous refroidir pour la suite. Il y en aura d'autres. Cela fait partie de notre métier. Vivement le Portugal et la Sardaigne où nous bénéficierons sans doute d'une meilleure position sur la route.»

Ce soir, Ott Tanak est à quatre spéciales et 58 km de sa deuxième victoire cette saison. Il possède plus d’une demie minute d’avance après avoir assuré dans le brouillard de la dernière spéciale. S’il empoche les cinq points bonus demain l’Estonien passera nos compatriotes pour deux unités seulement au championnat, tandis que Seb Ogier, actuellement toujours deuxième mais sous la menace de Sébastien Loeb revenu à cinq secondes après un scratch dans l’ultime spéciale du jour où Jari-Matti Latvala a abandonné (souci technique), devrait reprendre la tête du « Mondial ».

Le classement à la fin de la 2e étape: 1. Tanak-Jarveoja (Est/Toyota Yaris WRC) en 2h41.05.5; 2. Ogier-Ingrassia (Fra/Citroën C3 WRC) à 30.3; 3. Loeb-Elena (Fra-Mon/Hyundai i20 WRC) à 35.4; 4. Evans-Martin (GB/Ford Fiesta WRC) à 1.06.3; 5. Suninen-Salminen (Fin/Ford Fiesta WRC) à 3.03.0