Thierry comment se présente cette dernière épreuve de la saison ?

"Cela s'annonce un rallye très difficile, avec de faibles écarts autour du circuit lors des première et troisième étapes et une journée surprenante dans les montagnes samedi. On a eu pas mal de brouillard, de neige et de soupe durant les reconnaissances et cela s'annonce compliqué. Le rôle des ouvreurs s'annonce important et le choix de pneus s'avèrera déterminant. Un camion de pneus neige est arrivé au cas où les conditions hivernales se confirment."

Le fait d'avoir multiplié les épreuves nationales depuis le mois d'août donne-t-il un avantage à Hyundai ?

"Je l'espère oui. Toyota a très peu roulé sur l'asphalte depuis le Monte-Carlo. Ce n'est pas notre cas et on compte bien en profiter. L'auto a bien évolué. Je me sens très à l'aise à son volant. Le principal objectif est bien sûr de garder le titre constructeurs."

Côté pilotes, vous n'y pensez plus vraiment même s'il vous reste une chance mathématique ?

"Non. Le jour où l'on a annoncé l'annulation d'Ypres, mes derniers espoirs se sont envolés. Il suffit à Elfyn de terminer dans les cinq premiers ce qu'il fera à la régulière pour que je n'ai plus de chance. De toute manière, ce n'est pas la bonne année pour être champion. J'en ai discuté avec mon manager et je lui ai dit que je ne serais pas très fier d'être couronné après une année comme cela. Cela n'aura pas la même valeur. Evans est dans un fauteuil. Maintenant, il n'a encore connu aucun souci cette saison dont il n'est pas l'abri d'un pépin non plus. Et puis on peut compter sur Seb Ogier pour lui mettre la pression, aussi au niveau psychologique . Cela va être la guerre !"

Deuxième ou troisième du championnat, cela vous est égal ?

"Oui je m'en moque. J'ai déjà été vice-champion suffisamment de fois."

Mais quatrième par contre derrière Ott Tanak, cela vous embêterait ?

"Ah oui c'est sûr, mais cela ne va pas arriver."

L'objectif du week-end c'est clairement de clôturer la saison comme vous l'aviez commencée ?

"Tout à fait. On veut gagner. Tout le monde veut gagner ce rallye. Tout en pensant qu'il y a un titre des marques à garder à la maison."

On a annulé Ypres il y a deux semaines mais on roule à Monza, normal ?

"Ici on est sur un circuit, il n'y a personne, pas de public. C'est plus facile à contrôler. Et puis il faut évoluer. Il faut continuer à vivre malgré le virus. C'est mon métier et je veux continuer à travailler. Il faut apprendre à vivre avec cette pandémie. Il était important de redémarrer pour préparer la saison prochaine."

Qui démarre quand ?

"Déjà la semaine prochaine avec les tests Monte-Carlo."

Qui aura bien lieu ?

"Oui, je pense car ils peuvent aussi l'organiser à huis clos."

Vous avez des garanties que Hyundai sera toujours présent en WRC en 2022 ?

"Aujourd'hui, on n'a plus de garantie de rien. Mais je suis confiant, oui."