Leader de l'équipe Hyundai et champion du monde en titre, Tänak s'était replacé dans la course au titre en remportant début septembre le rallye de son pays.

Septième vendredi soir après les deux premières spéciales, il était en mode attaque, à 6 km de la fin de la première spéciale de la journée (Yesilbelde, ES3, 31,79 km) quand sa Hyundai a tiré tout droit sur une portion rapide et est sortie de la piste sans que son pilote puisse la rattraper.

Le pilote et son copilote n'ont souffert d'aucune blessure dans l'accident.

"Le problème mécanique sera examiné dès le retour de la voiture au Parc d'assistance de Marmaris", a indiqué Hyundai. Les espoirs du pilote estonien dans la course au titre mondial ont pris un coup par cet abandon prématuré.

Après l'ES5, samedi matin, Sébastien Ogier (Toyota), vainqueur l'an dernier et leader du championnat, est fragile leader du rallye, devant Thierry Neuville (Hyundai), à seulement 1,6 seconde. "J'ai essayé d'avoir un maximum de traction tout en cherchant les meilleures trajectoires", commente Thierry. "Mais l'équilibre de la Hyundai n'est pas optimal. Nous devons travailler là-dessus". On retrouve ensuite Elfyn Evans (Toyota, +12"3), le leader de la veille Sébastien Loeb (Hyundai, + 21"7) et Kalle Rovanpera (Toyota, +25"4). Le reste de la meute est à plus de 50 secondes.

Une boucle de trois spéciales est prévue cet après-midi lors de cette 2e journée, soit 54 km chronométrés sur des pistes rocailleuses et très cassantes.