Disputé de nuit, le 2e passage dans la longue spéciale de 31 km a confirmé le verdict du premier run, à savoir que la position sur la route est déterminante. Handicapé par son rôle d'ouvreur dû à son leadership au championnat, Seb Ogier (Toyota) a de nouveau perdu pas mal de temps. A l'issue de la première étape, le septuple champion pointe seulement au 9e rang, à 49.8 déjà du leader Ott Tanak. "Il n'y a rien à faire sinon essayer de limiter les dégâts," commentait le Français qui bénéficiera d'une position de départ un peu meilleure ce samedi puisqu'il devrait s'élancer cinquième sur la route.

Devant, les Hyundai de Ott Tanak et de Craig Breen ont bien profité de leur ordre de départ (respectivement 7e et 9e) pour s'emparer des deux premières places du classement général. L'Estonien mène avec 16.2 d'avance sur son équipier irlandais. Troisième à 20.4, Kalle Rovanpera est le seul pilote Toyota à avoir réussi à s'accrocher. Sans une erreur lors de l'ES1, le jeune Finlandais, quatrième à s'élancer, n'accuserait pas plus de 10 secondes de retard. Il sera à surveiller ce week-end.

Quatrième lors du premier passage, Thierry Neuville a logiquement éprouvé un peu plus de difficultés (7e temps) lors du 2e run dans l'obscurité où le rythme et le rôle du pilote sont plus importants encore. Le Belge conserve néanmoins le 4e rang au classement général à 29.8 de la première i20 WRC. Cela lui permettra de bénéficier d'une bien meilleure position de départ ce samedi, l'objectif étant de garder surtout les deux Toyota d'Evans (5e à 32.0) et de Seb Ogier derrière lui.

On terminera en tirant un grand coup de chapeau à Oliver Solberg, auteur du 4e meilleur temps pour sa deuxième spéciale seulement en WRC, de nuit et avec un équipier de remplacement, son copilote habituel ayant déclaré forfait après avoir été testé positif en début de semaine.



ES1: Tanak premier leader, Neuville 4e

Comme on pouvait s'y attendre, avec une bonne couche de neige fraîche, la position sur la route a déterminé en grande partie le résultat de la première spéciale de l'Arctic Rallye, deuxième manche du Mondial.

Premier à s'élancer suite à sa victoire au Monte-Carlo, Sébastien Ogier (Toyota) n'a ainsi signé que le 9e chrono à 22.7 sur les 31 km de ce tronçon. Six secondes plus rapide que lui, son équipier Elfyn Evans ne pointait qu'au 5e rang, à 16.7 du scratch d'Ott Tanak, septième sur la route. "Je souffre de soutirage," se plaignait cependant le pilote Hyundai après avoir devancé l'autre i20 WRC de Craig Breen de 3.6. Un Irlandais pas spécialement content de sa prestation. Tout comme Kalle Rovanpera, troisième à 10.6 alors que le jeune Finlandais a abandonné une dizaine de secondes avec l'arrière de sa Yaris planté dans un mur de neige lors d'un changement de direction. Pas de doute, il va falloir compter ce week-end avec Kalle.

Auteur d'une bonne spéciale, Thierry Neuville pointe à un bon 4e rang, à 12.4 de son équipier estonien mais devant les deux pilotes "Toy" le précédant au championnat. "J'ai disputé une bonne première spéciale mais la route se nettoie au fil des passages et cela va aller plus vite derrière," pronostiquait bien notre compatriote devançant Elfyn Evans de 4.3 et Pierre-Louis Loubet de cinq secondes.

Parti nettement plus prudemment qu'à Monte-Carlo, Teemu Suninen décevait sur la première Ford avec le septième chrono seulement à 18.8 du meilleur temps. Belle prestation par contre d'Esapekka Lappi, douzième et meilleur des R2 pour son retour au volant d'une VW Polo.

Pour finir cette courte première première étape, les concurrents repasseront dans ce tronçon à la lueur des phares à partir de 17h38 chez nous.