Il l'a fait. Brillant tout au long du week-end, Elfyn Evans est devenu le deuxième Britannique ce dimanche à remporter le Rallye de Finlande. Un exploit que seul Kris Meeke avait déjà réussi avant lui en 2016.

Resté au contact des Hyundai de tête vendredi alors qu'il était pourtant deuxième sur la route et devait encore balayer pour les autres, le pilote Toyota s'est fâché samedi matin où il a aligné les scratches. Il ne lui aura fallu que deux spéciales à conditions égales avec ses rivaux pour s'emparer du leadership et signer sa deuxième victoire de la saison après le Portugal. Un résultat lui permettant de réduire de 20 unités son retard sur Sébastien Ogier. Alors qu'il reste deux manches à disputer et un total de soixante unités à distribuer, l'écart entre les deux pilotes Yaris est de 24 unités. Elfyn est le seul à encore pouvoir mathématiquement priver son équipier d'un 8e titre. Mais à la régulière ce n'est plus jouable et il faudrait un souci ou un abandon du Français pour que ses espoirs soient réels

"Je suis très heureux de ce succès sur un rallye de légende," souriait Elfyn."Ma Toyota a fonctionné parfaitement durant trois jours et je me suis régalé. Pour l championnat, je n'ai plus vraiment mon sort entre les mains. Je vais me concentrer sur moi lors des deux prochaines épreuves et on verra bien ce que cela donne."

Après deux victoires consécutives à Jyvaskyla, Ott Tanak a cette fois dû se contenter du premier accessit au volant d'une Hyundai qui s'est considérablement améliorée sur ce terrain. Mais ce n'était pas encore suffisant pour rivaliser avec la Toyota de pointe.

"Non car on n'a pas disposé d'une bonne base pour les essais préparatoires et on manquait encore de traction quand l'adhérence était moindre," analysait Ott qui a fait tout ce qu'il a pu. Comme Craig Breen d'ailleurs, leader vendredi soir grâce à une bien meilleure position sur la route. Mais contraint de rentrer quelque peu dans le rang ensuite. L'Irlandais monte néanmoins encore sur le podium pour la troisième fois consécutive, la dernière pour Hyundai puisqu'il rejoindra les rangs d Ford M-Sport l'an prochain.

Désignés comme les grands favoris à domicile, les Finlandais ont déçu. Kalle Rovanpera n'était pas dans le bon rythme le jour de ses 21 ans avant de sortir de la route samedi. Il est reparti dimanche mais souffrait du dos suite à son crash de la veille et a préféré renoncer avant la Power Stage.

Pour son retour après dix mois d'absence au volant d'une WRC, Esapekka Lappi échoue au pied du podium. On s'attendait sans doute à un peu mieux de sa part.

Tout comme de celle de Sébastien Ogier quasi invisible tout au long du week-end et victime d'une coupure moteur l'empêchant d'ajouter le moindre point bonus à son score. Vendredi cela pouvait s'expliquer par sa position d'ouvreur. Mais ensuite, le Gapençais avouait ne jamais avoir trouvé la confiance nécessaire pour suivre le rythme des meilleurs. N'empêche, malgré sa moins bonne prestation de l'année, il se rapproche d'une nouvelle couronne.

Contraint à l'abandon samedi, Thierry Neuville n'est pas reparti ce dimanche et est donc rentré complètement bredouille d'un rendez-vous finlandais décidément maudit pour lui depuis 2013.

"Je ne suis pas sorti de la route," précisait-il. "A la sortie d'un gauche à fond, il y avait une forte compression et cela a tapé tellement fort que cela a cassé ma rampe de phares et le radiateur. J'ai de suite eu des alarmes. J'ai perdu beaucoup d'eau et le moteur a vite surchauffé. Je me suis arrêté pour essayer de colmater la fuite et réparer mais ce n'était pas possible. Le moteur a été endommagé et on n'a pas pris le risque de repartir pour la Power Stage."

Une saison à oublier pour Thierry même s'il aura tout de même remporté la plus belle des victoires, chez lui à Francorchamps. Désormais, avec encore deux rallyes encore à disputer en 2021, il ne peut plus espérer que de rester sur le podium au championnat et surtout rester premier pilote Hyundai. "Ce que j'espère surtout c'est de pouvoir encore gagner une des deux dernières épreuves avec ces WRC fabuleuses. Cela nous donnera plus de satisfaction qu'une 2e ou 3e place au championnat."


ES16: Tanak maintient la pression

La dernière étape du Rally de Finlande a démarré ce matin avec un nouveau temps scratch de Ott Tanak. L'Estonien n'a toutefois repris que quatre dixièmes à un Elfyn Evans attentif et bien réveillé lui aussi. A trois spéciales et 33 km du but, l'écart entre les deux leaders est descendu à 8.7. Trop pour espérer revenir à la régulière pour le dernier en date, mais assez pour maintenir la pression sur le Gallois et sa Toyota.

Notons que Thierry Neuville n'est pas reparti ce matin. Le moteur de la Hyundai a pris un gros coup de chaud après le bris de radiateur hier dans une compression. Cela signifie que si Sébastien Ogier rejoint l'arrivée ce dimanche, Thierry Neuville aura perdu hier ses dernières chances mathématiques d'être encore sacré cette année. Et même décrocher un sixième titre de vice-champion paraît désormais compliqué face à Elfyn Evans.