Abandons pour le Belge et son équipier Sordo sur soucis mécaniques. Thierry repartira aujourd'hui

La malédiction mexicaine s'est poursuivie ce vendredi pour l'équipe Hyundai qui a enregistré trois avaries et vu deux de ses voitures abandonner sur problèmes mécaniques, tandis qu'Ott Tanak, leader après l'ES3, a été retardé par une touchette à l'arrière avec une pierre lui coûtant une cinquantaine de secondes au total. L'Estonien est le seul encore en lice pour le podium. Il est revenu quatrième au général après avoir signé trois meilleurs temps, à deux dixièmes d'Elfyn Evans et 33.4 du leader Sébastien Ogier bien parti pour s'imposer une sixième fois au Mexique. Le pilote Toyota compte au terme de la première étape une avance de 13.2 sur la Ford de Teemu Suninen dont l'équipier a été éliminé à la suite d'un incendie ravageant complètement sa Fiesta.

Pour le clan coréen, les ennuis ont débuté dès la toute première spéciale du jour avec une durit mal fixée au radiateur pour Dani Sordo obligé de s'arrêter pour le refixer en spéciale, l'Espagnol perdant d'emblée plus de cinq minutes. Dans l'ES7, il s'arrêtait définitivement suite à une surchauffe moteur.

Thierry Neuville n'allait pas beaucoup plus loin et renonçait après cinq kilomètres dans l'ES9 (l'ES8 avait été annulée suite à l'incendie de Lappi) suite à un problème électrique. "Le moteur s'est coupé soudainement et plus moyen de redémarrer," expliquait le Belge dépité. Peut-être un souci d'alternateur. "Le team doit analyser et comprendre ce qu'il s'est passé avant de réparer. Nous repartirons samedi en Rally2"

Avec uniquement deux objectifs: ramener quelques points constructeurs (il ne reste plus que six WRC en course) et marquer un maximum de cinq points bonus dimanche lors de l'ultime Power Stage afin de limiter au mieux les dégâts. Avec quarante minutes de retard, un retour dans le Top 10 semble toutefois impossible. Mais avec les Yaris d'Ogier et de Evans sur le podium provisoire, Thierry s'apprête à faire une très mauvaise opération au championnat. Idem pour Hyundai chez les constructeurs. "L'histoire se répète et cela ne peut pas arriver," a indiqué Andrea Adamo. Mais cela arrive encore et toujours. Les Coréennes manquent de fiabilité et c'est indigne de champions du monde.